Société
URL courte
125
S'abonner

Alors que Google envisage d’effacer toutes les vidéos «inappropriées» de YouTube, des experts soulignent que c’est une tâche quasiment impossible car, à ce stade, il faudrait déjà 3.600 ans pour regarder tout le contenu présent sur le site web.

Mona Elswah, assistante de recherche à l'université d'Oxford, a évoqué au micro de Sputnik l'idée de Google de recruter environ 10.000 modérateurs pour trouver et supprimer les contenus vidéos de YouTube jugés extrémistes, violents ou pornographiques.

«C'est une étape très importante pour YouTube», a-t-elle dit, précisant que «le nombre de vidéos sur YouTube est énorme: si une personne décidait de regarder toutes les vidéos sur YouTube, cela prendrait 3.600 ans».

Selon Mme Elswah, les outils d'apprentissage automatique sont pour l'instant inadaptés à la complexité du travail, ce qui impliquerait la présence de modérateurs humains. La personne capable d'analyser correctement le contenu pourra aider à mettre à jour les algorithmes d'apprentissage automatique.

«Comment une machine pourrait-elle comprendre si un personnage de bande dessinée est violent ou extrémiste», a-t-elle expliqué.

Mona Elswah signale également qu'il est très difficile d'évaluer l'ampleur du problème car les utilisateurs peuvent facilement trouver des vidéos avec des titres inoffensifs mais dont le contenu peut être alarmant, compliquant ainsi la tâche pour les enfants ou les parents de savoir ce qu'ils sont en train de regarder.

Elle a également évoqué des sanctions à mettre en pratique afin de mettre au pas les utilisateurs qui publient du contenu inapproprié, comme par exemple une menace de désactivation du compte.

Lire aussi:

Augmentation de plus en plus forte du nombre journalier de cas de Covid-19 en France
La Palestine qualifie de «trahison» l'accord israélo-émirati et rappelle son ambassadeur à Abou Dhabi
Deux frégates de guerre grecque et turque se seraient heurtées en Méditerranée orientale
Tags:
Internet, spots télévisés, contenu, vidéo, YouTube
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook