Ecoutez Radio Sputnik
    TV series Friends

    Fossé des générations: comment les jeunes d’aujourd’hui perçoivent la série Friends?

    © Sputnik .
    Société
    URL courte
    6010

    Hier encore très appréciée, la série Friends s'est récemment retrouvée sous le feu des critiques des jeunes de la génération Y. Ross homophobe, Chandler transphobe, Joye dragueur: les jeunes réprouvent ces personnages pour leurs plaisanteries racistes et sexistes. C'est à ce type de réactions que se mesure le fossé entre les générations.

    Pendant la période des fêtes, Netflix a rediffusé au Royaume-Uni la série américaine Friends. Ceux qui en avaient été fans dans les années 1990 et les jeunes de la génération Y ont ainsi eu la possibilité de découvrir ou de revoir cette série culte.

    Pour nombre de leurs téléspectateurs, les six personnages principaux de Friends font preuve d'homo- et de transphobie, ainsi que de racisme. L'un est même un harceleur sexuel, relate The Independent.

    «Les Millenials qui ont regardé la série Friends sur Netflix disent que c'est une série sexiste, homophobe et transphobe. Comme nos valeurs ont changé en 15 ans!» indique un message publié sur le compte Twitter de la radio britannique LBC.

    Les spectateurs n'ont, par exemple, pas apprécié les épisodes dans lesquels Chandler s'inquiétait d'être perçu comme gay et plaisantait au sujet de son père homosexuel qui participait à un show de transgenres.

    En outre, les spectateurs n'ont pas goûté les plaisanteries sur «la Monika grosse». Ils n'ont également pas aimé qu'il y avait un relativement petit nombre de protagonistes noirs. En plein scandale lié au harcèlement sexuel dans le show-business, ils ont même remarqué qu'on aurait renvoyé Rachel pour harcèlement sexuel parce qu'elle avait embauché un assistant non qualifié pour la seule raison qu'il lui plaisait.

    «Je revisite Friends sur Netflix et mince! Je n'avais jamais réalisé à quel point agaçant et homophobe était Ross! Même si j'avoue que j'aimais toujours Carol et Susan.»

    Outre les millenials, la série culte a été également redécouverte par ses premiers spectateurs, encore récemment fans, qui ont avoué ne plus comprendre l'humour qui les faisait rire dans les années 1990 et au début des années 2000:

    «Je faisais mes études dans les années 1990, c'est pour ça que j'ai eu envie de revisiter Friends lors des jours fériés de fin d'année. Mais je suis d'accord que les plaisanteries sur «la grosse Monika» et «le gay Chandler» sont déplacées aujourd'hui. Est-ce que Joey a toujours été aussi effrayant? Une déception», a écrit un utilisateur de Twitter qui publie sous le pseudonyme de @Skaikracha.

    Lire aussi:

    La police nomme la cause la plus probable de l’incendie de Notre-Dame de Paris, d'après AP
    Interpellation d’un preneur d'otages au Super U de Bessé-sur-Braye dans la Sarthe
    Pas de soudure ni de point chaud: l'entreprise qui restaurait Notre-Dame livre sa version
    Tags:
    homophobie, sexisme, série télévisée, transgenre, Friends (série), Royaume-Uni, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik