Ecoutez Radio Sputnik
    les pom-pom girls nord-coréennes

    Hôtesses de l'air, militaires, aviatrices: le charme des femmes nord-coréennes (photos)

    © AFP 2018 STR
    Société
    URL courte
    24700

    Hôtesses de l'air, pom-pom girls, agents de la circulation, militaires et même aviatrices. À travers une série de photos, Sputnik vous invite à rencontrer la plus belle moitié de la population nord-coréenne. Car après tout, il n’y a pas que le programme de missiles qui mérite l’attention dans ce pays.

    On en parle beaucoup moins souvent que de Kim Jong-un ou du énième tir de missile, pourtant la Corée du Nord ne se limite pas à son dirigeant impulsif. Près de 13 millions de femmes habitent dans ce pays le plus fermé et le plus militarisé du monde. Hôtesses de l'air, agents de la circulation, militaires ou aviatrices, les Nord-coréennes bénéficient officiellement d'une loi censée garantir l'égalité des sexes et sont donc présentes pratiquement dans tous les métiers. À travers ces photos, Sputnik vous propose de rencontrer les représentantes de la plus belle moitié de la Corée du Nord.

    Hôtesses de l'air

    Un calendrier des hôtesses de l'air nord-coréennes sorti en janvier dernier a bien surpris les internautes, habitués aux mœurs très strictes du pays. Les jupes qui descendaient autrefois jusqu'aux genoux ont considérablement perdu en longueur mettant en valeur les jambes…

    Hôtesses de l'air
    © Photo. Sputnik
    Hôtesses de l'air

    Et alors qu'une nouvelle année vient de commencer, il semble qu'en 2018 Pyongyang ne s'empresse pas de partager de nouveaux clichés de ses hôtesses.

    噂の北朝鮮スッチーのカレンダー
    © Photo. Sputnik
    Hôtesses de l'air

    Pom-pom girls

    Surnommées «l'armée des beautés», ces filles de Pyongyang au sourire ravageur sont attendues aux prochains Jeux olympiques d'hiver à Pyeongchang, en Corée du Sud.

    En effet, les jeunes supportrices sont en Corée du Nord une institution au point que la femme de Kim Jong-Un, Ri Sol-Ju, fut pom-pom girl dans le groupe qui avait accompagné la délégation nord-coréenne aux championnats d'Asie d'athlétisme de 2005 à Incheon.

    Pom-pom girls nord-coréennes
    © AFP 2018 Kim Jae-Hwan
    Pom-pom girls nord-coréennes

    Des pom-pom girls du Nord sont apparues pour la première fois au Sud en 2002 lors des Jeux d'Asie de Busan. Près de 300 de ces «reines de beauté» avaient fait une arrivée remarquée en ferry, toutes vêtues d'une robe traditionnelle et agitant ce qui était présenté comme des drapeaux de la Corée unifiée.

    Pom-pom girls nord-coréennes
    © AFP 2018 Liu Jin
    Pom-pom girls nord-coréennes

    Demoiselles de la circulation

    Les reines de la circulation nord-coréennes sont devenues l'un des emblèmes de Pyongyang. Uniforme près du corps, socquettes, gants blancs et talons noirs. Ces jeunes femmes qui font la joie des touristes sont choisies pour leur physique et sont tenues de quitter cet emploi quand elles se marient. Ayant une courte carrière, les «officiers de la sécurité routière» sont d'office mises à la retraite à 26 ans.

    Démoiselle de la circulation
    © AP Photo / Wong Maye-E
    Démoiselle de la circulation

    Fleurs du ciel et militaires

    Si les postes militaires de haut rang demeurent principalement occupés par des hommes en Corée du Nord, les femmes ont aussi leur place dans l'armée.

    North Korean female soldiers march during a military parade to mark 100 years since the birth of the country's founder Kim Il-Sung in Pyongyang on April 15, 2012
    © AFP 2018 PEDRO UGARTE
    Militaires nord-coréennes

    Depuis 2015, elles doivent s'acquitter d'un service militaire obligatoire. Objet particulier de fierté, les pilotes féminines d'avions de chasse baptisées «Fleurs du ciel» par le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un.

    Lire aussi:

    Les grid girls parties, les pom-pom girls arrivent! (images)
    «L'armée des beautés» nord-coréennes qui fait de l’ombre à son équipe olympique
    Les plus belles pom-pom girls russes
    Tags:
    beauté, femmes, Corée du Nord
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik