Ecoutez Radio Sputnik
    Angkor Wat

    10 étrangers arrêtés pour «danses pornographiques» au Cambodge

    © AP Photo / Heng Sinith
    Société
    URL courte
    6120

    Le Cambodge, cherchant à «moraliser» le comportement des touristes, pas toujours respectueux des lieux sacrés qu’ils visitent, ont arrêté dix étrangers ayant exécuté des «danses pornographiques».

    Dix étrangers ont été arrêtés dans la ville cambodgienne de Siem Reap pour avoir exécuté des «chansons et des danses pornographiques», a annoncé dimanche la police, fidèle à la politique du royaume visant à «moraliser» le comportement des touristes.

    La police nationale cambodgienne fait état, sur son site internet, de l'arrestation de six Britanniques, de deux Canadiens, d'un Néo-Zélandais et d'une dixième personne dont la nationalité n'a pas été précisée.

    Les prévenus sont passibles d'une peine d'un an d'emprisonnement en cas de condamnation pour pornographie.

    «Nous sommes intervenus parce qu'ils avaient commis des actes contraires à notre culture», a indiqué à l'AFP Duong Thavry de la police locale. Certaines des personnes arrêtées, selon lui, étaient des expatriés et d'autres des touristes présents au Cambodge depuis plusieurs mois.

    La police nationale a publié des photos de couples simulant des actes sexuels lors d'une fête. Certaines des personnes apparaissant sur ces photos ne figurent cependant pas sur le cliché où sont alignés les 10 prévenus, remarque l'AFP.

    Les touristes, visitant Angkor Wat, merveille de l'architecture khmère du XIIe siècle, séjournent généralement à Siem Reap, une ville qui compte de nombreux hôtels, bars et discothèques.

    Lire aussi:

    Booba livre son récit de la récente fusillade ayant touché le tournage d’un clip
    La maladie qui a tué Saint-Louis est de retour en France
    Trois Françaises mineures auraient été offertes à Epstein par Brunel en «cadeau d'anniversaire»
    Tags:
    tourisme, justice, porno, Cambodge, Siem Reap
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik