Ecoutez Radio Sputnik
    Larry

    Quand le chat n'est pas là les souris dansent: le souricier de la Cour UK risque son poste

    © AFP 2019 BEN STANSALL
    Société
    URL courte
    614
    S'abonner

    Le service de dératisation a dû intervenir 40 fois en une année dans le bureau du Premier ministre britannique parce que le plus grand chat souricier du Royaume-Uni ne fait pas bien son travail, ce qui pourrait un jour lui coûter son poste.

    Vous vous rappelez certainement de Larry, le chat souricier le plus connu du Royaume-Uni, particulièrement célèbre pour son faible pour les rongeurs. D'après les informations du Sunday Times, Larry, officiellement embauché à Downing Street, a laissé filer 29 souris et rats. Pour tout de même combattre cette armée de rongeurs, il a donc fallu appeler 40 fois le service de dératisation en une année.

    Ces bévues pourraient un jour lui coûter sa place.

    En effet, Larry adore s'amuser avec les rongeurs, ou alors il les ignore tout simplement, en fonction de son humeur.

    Comme l'indiquent les médias, l'administration a demandé aux employé de faire attention et de ne pas donner à manger à Larry à la moindre demande pour l'inciter ainsi à travailler d'une manière plus efficace.

    Selon Sadiq Khan, le maire de Londres, cité par la même source, les souris causent véritablement des soucis à l'Hôtel de ville. Ainsi, lors d'une excursion d'écoliers, une souris est tombée du plafond sur la tête des visiteurs. Afin de diminuer le nombre de rongeurs, des mesures ont été prises, notamment l'adoption de chats.

    Lire aussi:

    Un requin arrache une partie du bras d’un plongeur qui parvient à nager jusqu’à la côte – photos
    Un important incendie embrase le porte-avions russe Amiral Kouznetsov, des blessés, dont des militaires - vidéos
    Jean-Michel Aphatie sur Éric Zemmour: «C'est un cochon de la pensée» - vidéo
    Une mère tente d’étrangler la principale d’un collège dans le Val-de-Marne
    Tags:
    poste, souris, chats, Royaume-Uni
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik