Ecoutez Radio Sputnik
    Fleurs dans l'aéroport de Domodedovo

    C’était son 33e anniversaire: portraits de victimes du crash de l’An-148

    © Sputnik . Ilya Pitalev
    Société
    URL courte
    Crash de l'An-148 dans la région de Moscou (21)
    736

    Les vies de 65 passages, dont trois mineurs, et de six membres d’équipage ont été emportées dans le crash de l’An-148 parti ce dimanche de l’aéroport de Moscou-Domodedovo à destination d’Orsk. Et pendant que les condoléances affluent et que l’enquête se poursuit, les proches et les amis des victimes commencent à partager leurs souvenirs…

    Des Moscovites, mais aussi des habitants de Saint-Pétersbourg, de Novotroïtsk, de Norilsk, de Vladivostok et, selon des informations non confirmées, des étrangers se trouvaient à bord de l’avion de la compagnie aérienne Saratov qui s’est écrasé ce dimanche dans la région de Moscou sans faire de survivants. Au total, 71 personnes se trouvaient à bord de l’appareil qui a décollé à destination de la ville d’Orsk, dans la région d’Orenbourg. Et pendant que cette région se prépare à commémorer les victimes – le jour de deuil y a été fixé au 12 février – les premiers détails sur les personnes ayant péri dans cette tragédie font timidement leur apparition sur la Toile. Écrasés par le deuil, les proches et les amis se souviennent de ceux qu’ils ont perdus à jamais.

    «Je sais tout simplement que tout ira bien»

    Affreuse coïncidence – Ilya Stavski, un des passagers de ce vol fatal, a disparu le jour de son 33e anniversaire. D’après ses anciens collègues, c’était une personnalité peu ordinaire. Né au Kazakhstan, il s’est ensuite installé en Russie où il a travaillé à la Compagnie minière et métallurgique de l'Oural, travail qu’il quittera ensuite pour se consacrer à l’exotérique. Dans un entretien accordé aux médias en 2016, il disait:

    «Je n’aime pas la vie fixée, affirmant qu’il faut avoir une maison, se marier à un âge précis, avoir des enfants, ne pas s’occuper de babioles et travailler dans un entreprise normale. J’ai un but: être dans le bien et dans la lumière et j’y parviens. J’aide les gens, j’en tire mes revenus, mais je ne pense jamais à ce qui se passera après. Pourquoi? Je sais tout simplement que tout ira bien».

    «Voler c’est beaucoup plus intéressant que de rester assis dans un bureau»

    L’hôtesse de l’air Anastasia Slavinskaïa était l’une des membres d’équipage de l’appareil. Elle adorait voler, se souviennent ses amis.

    «Lorsqu’elle venait de commencer je lui ai demandé si elle n’avait pas peur. Mais Nastia [diminutif d’Anastasia, ndlr] m’a dit que voler était beaucoup plus intéressant que de rester assis dans un bureau cinq jours d’affilée», confie une de ses amies, citée par la presse.

    Engagée dans ce métier depuis six ans, Anastasia venait de retourner en mission après un congé maternité. Son dernier poste qu’elle a laissé fin janvier sur les réseaux sociaux parait aujourd’hui prophétique. C’était la reproduction d’un dialogue avec Dieu qui demandait: «Tu avais tant de temps, pourquoi tu n’es toujours pas prêt?».

    «Ici, il faut charbonner»

    En choisissant son futur métier, le deuxième pilote Sergueï Gambarian s’est inspiré de l’exemple de son père, commandant de bord. Comme le confie à la presse son ancien collègue, Sergueï a d’abord travaillé comme steward pour la compagnie Aeroflot, avant de décider de poursuivre sa formation pour devenir pilote. Après avoir fait ses études à Saint-Pétersbourg, il a d’abord travaillé pour une autre compagnie aérienne basée à Irkoutsk, en Sibérie, avant d’opter pour celle de Saratov – ceci lui permettait d’être plus proche de sa maison et de voir plus souvent ses proches: parents, épouse et fils qui habitent Moscou.

    «On s’est parlé pour la dernière fois peu avant le Nouvel An. Il n’aimait pas beaucoup aborder les sujets professionnels. La seule chose qu’il disait est qu’il ne fallait pas romantiser davantage le métier de pilote. "Ici, il faut charbonner", disait-il», clôt le récit son ami.

    Nadia, Génia et Ilya…

    Trois enfants figurent sur la liste des passagers. Comme précise la chaîne Telegram Mash, il s’agit d’Ilya Poletaïev, 17 ans, Génia Livanov, 12 ans, et Nadia Krassova, 5 ans.​

    Un appareil de la compagnie Saratov, reliant Moscou à la ville d'Orsk (région d'Orenbourg), a disparu des écrans radar quelques minutes après son décollage de l'aéroport de Moscou-Domodedovo. Tout lien avec l'équipage a également été perdu, d'après l'Agence fédérale russe du transport aérien (Rosaviatsia). Ensuite, le ministère russe des Situations d'urgence a confirmé que l'avion s'était écrasé dans la région de Ramenskoïe, près du village de Stepanovskoïe.

    Une enquête pour violation des règles de sécurité lors des vols a été ouverte. Pour le moment, l'enquête n'écarte aucune version des causes du drame.

    Dossier:
    Crash de l'An-148 dans la région de Moscou (21)

    Lire aussi:

    Crash d'un An-148 dans la région de Moscou: pas de survivants
    La vidéo du crash de l’An-148 a été publiée
    Crash de l’avion russe: plus de 200 fragments de cadavres retrouvés
    Tags:
    victimes, crash d'avion, Saratov, Moscou, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik