Société
URL courte
4551
S'abonner

Après quatre ans de vie sans papiers, cette habitante de Transnistrie coincée en Russie n’était plus qu’un fantôme: victime de la politique, sans-abris, elle vagabondait dans les rues de Moscou jusqu’à ce qu’une rencontre ne fasse tout basculer. Un grand cœur humain, la magie de Facebook et le Président moldave en personne cherchent à l’aider.

L'histoire de Tatiana Novikova, originaire de Transnistrie, cette république russophone autoproclamée coincée entre la Moldavie et l'Ukraine, ressemble à un conte de fées où se mélangent l'indifférence, la politique, mais surtout la compassion.

C'est la moscovite Natalia Tchevalkova qui a révélé sur Facebook le chemin parcouru par Tatiana. «Il y a une semaine, j'ai vu une femme propre sur soi assise sur un parapet face au bâtiment du ministère russe des Affaires étrangères, ce qui est très symbolique dans cette histoire. Mais je suis passée à côté», écrit Natalia sur le réseau social.

«Hier, je l'ai vue à nouveau, enveloppée dans ses vêtements, elle frissonnait de froid», poursuit la femme. Cette fois-ci, la Moscovite n'a pu rester indifférente et a invité la sans-abri chez elle, balayant ses craintes.

Il s'est avéré que Tatiana était venue travailler en Russie il y a cinq ans. Un an plus tard, elle s'est fait voler ses papiers et c'est ainsi qu'a commencé sa longue série de malchances et sa vie de sans-abri. Le seul document qu'elle possédait désormais était une carte de migration expirée et en mauvais état, mais qui servait quand même de preuve que Tatiana Novikova n'était pas un fantôme, mais qu'elle a existé au moins jusqu'au 21 décembre 2017.

Natalia a alors pris les choses en main et s'est mise à frapper à toutes les portes pour faire avancer la machine bureaucratique. Tout cela en vain: le service de l'immigration et l'ambassade moldave en Russie se renvoyaient la balle, en faisant aller et venir les deux femmes entre ces instances, sans aucun succès.

«Le représentant de l'ambassade moldave m'a écouté avec une attention avide, il a attendu que je finisse et m'a annoncé sur un ton particulier qu'il ne connaissait ni ce genre de passeport, ni l'État de Transnistrie, ce qui signifiait que les habitants de la Transnistrie n'existaient pas, en ajoutant "ne vous adressez plus à nous". Fin du contact», écrit Natalia.

La diplomatie de la Transnistrie a elle aussi fait preuve d'impuissance. Invoquant l'absence de représentation à Moscou, elle a conseillé de contacter les mêmes service de l'immigration et l'ambassade moldave. La boucle était bouclée.

C'est alors que Natalia a lancé un appel à l'aide sur Facebook, où la magie du réseau social a semble-t-il porté ses fruits. Parmi les plus de 5.200 «j'aime» et les 415 commentaires figure un message laconique, mais particulièrement précieux, celui laissé par le Président moldave Igor Dodon: «Je l'ai pris sous contrôle. On va essayer d'aider».

Quant à Natalia, étonnée par l'écho qu'a eu sa publication, elle a écrit un nouveau message pour remercier ceux qui lui ont tendu la main: «Les miracles arrivent. Imaginez-vous, être absolument invisible pendant quatre ans pour qu'un jour tant de gens non seulement y prêtent attention, mais tentent d'aider!».

Lire aussi:

Violente agression d'un adolescent à Paris: une vidéo se propage sur la Toile
Taïwan annonce l'incursion dans son espace aérien de huit avions bombardiers et de quatre avions de chasse chinois
Le célèbre journaliste Larry King est décédé
Tags:
Igor Dodon, Transnistrie, Moscou, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook