Ecoutez Radio Sputnik
    femmes saoudiennes

    Des Saoudiennes chefs d’entreprises? C’est désormais possible!

    © AFP 2018 FAYEZ NURELDINE
    Société
    URL courte
    282

    Pour les femmes saoudiennes, la conquête de leurs droits continue. En effet, le ministère du Commerce et de l'Investissement a annoncé que les femmes pourraient créer des entreprises sans avoir besoin de l’autorisation d’un tuteur.

    La mise en application du projet Vision 2030 du prince Mohammed ben Salmane, en Arabie saoudite, continue d'accorder plus de droits aux femmes. En effet, les autorités saoudiennes viennent de concéder aux femmes le droit de devenir chefs d'entreprises, sans avoir besoin du consentement d'un tuteur, afin de stimuler les investissements dans le royaume et de booster le taux de participation des femmes à la force de travail, en le faisant passer de 22% à 30% d'ici 2030, lit-on dans le projet Vision 2030, selon le journal émirati Khaleej Times.

    «Les femmes peuvent maintenant lancer leurs propres entreprises et bénéficier des services en ligne [du gouvernement, ndlr] sans avoir à prouver le consentement d'un tuteur», a déclaré le ministère du Commerce et de l'Investissement sur son site Web.

    Pour rappel, les Saoudiennes ont acquis de nombreux autres droits ces cinq dernières années. Celui de voter et d'être éligible en 2013. Le droit d'aller dans les salles de cinéma et les stades en 2016. Elles peuvent conduire une voiture, une moto et un camion depuis 2017. Et enfin le droit de travailler dans la restauration en 2018.

    Cependant, malgré toutes ces évolutions, le taux de chômage des femmes saoudiennes s'élève à 33%, tandis que celui de la population active est de 12%, a fait savoir le quotidien Khaleej Times.

    S'ajoute à cela le fait que les femmes n'ont toujours pas le droit de se marier, divorcer, ouvrir un compte bancaire, trouver un emploi ou être opérées sans l'accord de leurs tuteurs masculins, qui peuvent être, si le père est mort ou absent, le mari, un parent de sexe masculin, un frère, ou même, parfois, un fils.

    Les Saoudiennes sont aussi lésées devant la Justice, puisque le témoignage d'un homme vaut autant que celui de deux femmes. Quant aux héritages, en vertu de la loi islamique, la part d'une fille correspond à la moitié de l'héritage d'un fils.

    Lire aussi:

    Sous les drapeaux: les Saoudiennes gagnent le droit de servir dans l'armée
    Top-8 des choses toujours interdites aux femmes saoudiennes en 2017
    L'Arabie saoudite assouplit (un peu) le contrôle sur les femmes
    Tags:
    petites entreprises, création, droits des femmes, Mohammed Ben Salmane, Arabie Saoudite
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik