Ecoutez Radio Sputnik
    Une prison (image d'illustration)

    Auteur d'un best-seller, cet Américain doit rembourser le coût de son emprisonnement

    © Sputnik . Alexey Filippov
    Société
    URL courte
    244

    Emprisonné depuis 12 ans avec une peine à vie, ce détenu se voit verser 150.000 dollars pour la publication d’une collection de nouvelles. Seule ombre au tableau: la prison a l’intention de lui présenter l’addition pour son incarcération.

    L'administration pénitentiaire du Michigan exige que le détenu Curtis Dawkins lui paie 72.000 dollars. À prélever sur la somme qu'il a gagnée en écrivant un best-seller dans sa cellule. Aussi étrange que cela puisse paraître, cette exigence est tout à fait légitime, constate The Guardian.

    Les éditions Simon & Schuster ont fait paraître en juillet dernier le recueil de nouvelles de Curtis Dawkins, The Graybar Hotel, pour lequel l'auteur a touché 150.000 dollars.

    Or, les autorités du Michigan ont déclaré que les droits de cette œuvre leur revenaient, estimant que les revenus liés au livre devaient servir à payer les frais d'incarcération. En effet, le Michigan compte parmi les 40 États où les prisonniers peuvent être contraints de s'acquitter du coût de leur emprisonnement. En 2017, l'État serait parvenu à obtenir environ 3,7 millions de dollars de la part de 294 prisonniers.

    Curtis Dawkins a déclaré qu'il ferait appel de cette décision.

    En 2004, Curtis Dawkins, qui souffrait à l'époque de toxicomanie, a commis un meurtre lors d'un cambriolage et un pris un homme en otage. Il a été condamné à la prison à vie sans droit de grâce.

    Lire aussi:

    Une butée de porte s'avère être une météorite d'une valeur de 100.000 USD
    France: le décès d’un ado provoque une série de violences urbaines à Massy (photos)
    Des coups de feu entendus sur le campus de l'université de Central Michigan, deux morts
    Tags:
    remboursement, bestseller, prison, The Guardian, Michigan, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik