Ecoutez Radio Sputnik
    Pills

    Des pilules pour «anéantir les Musulmans» sèment la panique en Afghanistan

    CC0
    Société
    URL courte
    24344

    En Afghanistan, de nouveaux compléments alimentaires ont donné lieu à un scandale de grande envergure, des experts auto-proclamés estimant qu’il s’agirait de substances élaborées pour anéantir la civilisation musulmane, relate le site The Observers.

    «Ne permettez pas à votre fille de prendre ce comprimé, c'est un plan des mécréants visant à anéantir les Musulmans. Ces comprimés, estime le site The Observers, sont en effet des pilules contraceptives. Partagez ce message», peut-on lire dans une publication sur Facebook, largement diffusée depuis début mars en Afghanistan.

    Cependant, un coup d'œil à la photo jointe à la publication suffit pour se rendre compte que le comprimé en question n'est absolument pas une pilule contraceptive.

    D'ailleurs, la composition des médicaments qu'on peut lire sur l'étiquette semble confirmer les propos du site, les comprimés contenant du fer et de l'acide folique. Ces substances favorisent la production de globules rouges et n'ont aucun impact sur la prévention de la grossesse.

    Quoi qu'il en soit, cela n'empêche pas de nombreuses internautes afghanes de partager la publication sur Facebook.

    Bien que l'origine des rumeurs véhiculant les «effets nocifs» des comprimés reste encore à préciser, le site est parvenu à identifier le médicament.

    Selon The Observers, il s'agit d'un complément alimentaire distribué chaque semaine dans les écoles publiques par le gouvernement afghan et l'organisme américain de développement USAID. 

    Lire aussi:

    Le département d'État US compte réduire son budget de 10 Mds de dollars en cinq ans
    La contrebande de médicaments contrefaits fait rage en Afghanistan
    Qui profite des accusations portées contre Moscou de livrer des armes aux Talibans?
    Tags:
    médicaments, musulmans, Afghanistan
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik