Ecoutez Radio Sputnik
    Facebook

    Scandale Facebook: comment va réagir le Canada?

    © REUTERS / Dado Ruvic
    Société
    URL courte
    490

    Les autorités canadiennes ont ouvert une enquête contre le réseau social Facebook dans le contexte de la tourmente due au détournement de données d'utilisateurs.

    Le réseau social Facebook est dans la tourmente aux États-Unis et en Europe après les révélations sur le fait qu'une société britannique, Cambridge Analytica, a récupéré à l'insu de 50 millions d'utilisateurs du site des données personnelles afin de les utiliser à des fins politiques. Désormais, le Canada se penche également sur l'affaire.

    «Comme nous avons reçu des plaintes concernant Cambridge Analytica, nous avons ouvert une enquête officielle», a déclaré la police canadienne.

    Elle vise notamment à examiner la véracité de ces révélations.

    Selon ce scandale Facebook, les données ont été récupérées via une application de tests psychologiques téléchargée par 270.000 utilisateurs du réseau social. L'application a également accédé aux données des amis de ces utilisateurs, ce qui était alors possible.

    Après un long silence, le patron de Facebook, Mark Zuckerberg, vient de se dire «désolé» pour «cet abus de confiance très important».

    Zuckerberg s'est également dit convaincu que des entités étaient en train d'essayer de s'immiscer dans des processus électoraux via Facebook et a ajouté que son entreprise s'engageait à stopper ces ingérences dans des élections, citant notamment les élections américaines de mi-mandat, en novembre prochain, et les scrutins en Inde et au Brésil.

    Lire aussi:

    Cambridge Analytica révèle les clauses de son contrat avec Facebook
    Mark Zuckerberg explique quand Facebook règlera les problèmes de sécurité des données
    Facebook sommé de s’expliquer après le siphonnage des informations de 50 M d’utilisateurs
    Tags:
    internautes, Cambridge Analytica, Facebook, Inc, Europe, États-Unis, Canada
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik