Ecoutez Radio Sputnik
    Vladimir Dolgachev, à gauche

    Témoignage d'un vétéran soviétique: «J'ai traversé la moitié de l'Europe dans les combats»

    © Photo. guravuchka.ru
    Société
    URL courte
    Ivan Dubrovin
    11432

    Pour lui, la guerre a commencé le 23 février 1943 en Ukraine et a fini le 8 mai en Autriche. Il a traversé la moitié de l'Europe en risquant chaque jour sa vie pour libérer le monde du nazisme. Agé de 93 ans, Vladimir Dolgachev raconte à Sputnik son parcours de guerre et ses souvenirs de la Grande Victoire.

    La guerre aura duré 435 jours et nuits pour Vladimir Dolgachev, qui est entré sous les drapeaux à l'âge de 17 ans, le 23 février 1943, dans les rangs du Deuxième front ukrainien. Il a appris la nouvelle de la capitulation du Troisième Reich en Autriche le 8 mai toujours sous une pluie d'obus allemands. Dans une interview accordée à Sputnik, l'ancien lieutenant d'artillerie évoque ces jours lointains comme si c'était hier.

    «J'ai traversé la moitié de l'Europe dans les combats. J'ai reçu à plusieurs reprises des balles et des éclats, mais chaque fois j'ai survécu. Je n'oublierai jamais comment le peuple de Yougoslavie nous a accueillis avec joie. Je me rappelle de très rudes combats sanglant qui se sont déroulés en Hongrie, en particulier près du lac Balaton. Les Allemands ont essayé de nous jeter dans ce lac, ils ont lancé contre nous les nouveaux chars Tiger et Elefant. L'infanterie ne pouvait les contenir, les artilleurs leur faisaient face mais périssaient souvent sous les chars allemands. En Hongrie, des villes comme Kecskemét et Székesfehérvár ont changé de main de deux à trois fois, et en Autriche il y a eu aussi des combats sévères», a-t-il confié.

    Bien sûr, les derniers jours de la guerre étaient les plus difficiles car tous les soldats comprenaient que la guerre était presque finie et personne ne voulait mourir quelques jours avant la victoire.

    «Nous avons terminé la guerre le 8 mai à 20h00, nous savions déjà que la guerre était finie, mais le 8 mai nous ne voulions pas mourir, parce que le soir, les Allemands tiraient contre nous avec des pièces d'artillerie et des mortiers», se souvient-il.

    Tout en reconnaissant la contribution des Alliés à la victoire, le vétéran regrette qu'ils ne soient pas entrés dans des combats actifs contre l'Allemagne plus tôt, mais l'ont fait seulement au moment où ils ont compris que l'Armée rouge pourrait décrocher à elle seule la victoire.

    M.Dolgachev a également condamné les efforts de certains pays de déformer l'Histoire et d'oublier l'exploit des soldats soviétiques.

    «Ce sont des efforts mauvais et honteux. Il faut dire la vérité. C'est scandaleux! Il est impossible de refaire l'Histoire», a-t-il conclu.

    Lire aussi:

    Le 9 mai, fête de la Victoire contre le nazisme devient nationale en Israël
    Personne ne doit oublier le 9 mai 1945, quels que soient les changements politiques
    Pourquoi Israël décide de fêter le Jour de la Victoire contre le nazisme le 9 mai?
    Tags:
    vétéran, Seconde Guerre mondiale, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik