Ecoutez Radio Sputnik
    Grand requin blanc

    Un grand requin blanc attaque un surfer et lui offre… sa dent (photos)

    CC0 / skeeze
    Société
    URL courte
    4176

    Un grand requin blanc a attaqué un Australien qui se livrait tranquillement aux plaisirs du surf. N’ayant pas réussi à saisir sa proie, le poisson géant a toutefois laissé une carte de visite inhabituelle…

    Un Australien faisait du kitesurf près de la plage de Flat Rock à Ballina en Nouvelle-Galles du Sud lorsqu'un féroce poisson a essayé de le mordre. Passionné de surf, l'homme a, à peine, prêté attention à cet incident en pensant qu'il ne s'agissait que d'une tortue, écrit le portail UPI.

    Ce n'est qu'en regardant sa planche sur la plage qu'il s'est aperçu que cette créature marine en a avalé un morceau en y laissant une de ses dents.

    Les photos, partagées sur la Toile, montrent la planche de surf avec un morceau mordu à l'arrière et une dent de requin coincée dedans.

    La police a retrouvé le surfeur et a pu obtenir la dent afin qu'elle puisse être examinée par des experts. Les analyses ont confirmé que la dent provenait d'un grand requin blanc.

    Avec une taille maximale de plus de 6 mètres de long, le grand requin blanc est l'un des plus grands poissons prédateurs vivant actuellement dans les océans. Il est considéré comme un requin dangereux puisqu'il est responsable d'attaques contre les hommes. La grande majorité d'entre elles sont non mortelles. Néanmoins, contrairement à certaines idées reçues, l'homme n'est pas une proie pour lui. Il a une alimentation très variée: pinnipèdes, poissons, tortues de mer, cétacés.

    Lire aussi:

    Un Boeing 757 subit de graves dommages lors d'un atterrissage d’urgence aux Açores – vidéo
    Poutine en France: des chasseurs suisses s'approchent de l'avion transportant une délégation russe - vidéo
    La gendarmerie italienne donne des précisions sur le randonneur français retrouvé mort
    Tags:
    surf, dent, requins, photo
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik