Ecoutez Radio Sputnik
    La fin des temps. Image d'illustration

    Quand Google se met à prédire «la fin des temps et le retour de Jésus»

    CC0
    Société
    URL courte
    275758

    Le traducteur de Google s’est mis à émettre différentes prédictions sur la fin du monde lorsqu’il traduit des phrases de langues rares en français, anglais et même en russe. S’agit-il d’un simple bug ou d’un signe que l’intelligence artificielle essaie de nous transmettre?

    Largement utilisé partout dans le monde, le traducteur de Google a commencé à afficher des phrases étranges lorsqu'il traduit de la langue māori en français, anglais et même en russe.

    Par exemple, si on fait entrer 19 fois le mot «dog» et demandons de le traduire du māori au français, le système indique le texte suivant:

    «L'horloge de la fin du monde est de trois minutes à midi. Nous vivons des personnages et des développements dramatiques dans le monde, qui indiquent que nous approchons de plus en plus de la fin des temps et du retour de Jésus», peut-on lire.

    La même chose se produit lorsque l'on fait entrer «ag», le traduisant du māori en une autre langue.

    Par exemple, la combinaison de 12 «ag» donne «il est très urgent que nous ayons faim», si on la fait entrer 36 fois, on obtient «nous ne serons pas en mesure d'obtenir toutes les choses dont nous avons besoin».

    «Nous ne voulons pas savoir ce que nous recherchons» s'affiche après 46 «ag» et un grand nombre de «ag» pourrait être traduit du māori en français par «nous ne voulons pas nous inquiéter de ce que nous voulons faire. Nous ne serons pas en mesure d'obtenir toutes les choses dont nous avons besoin».

     

    Lire aussi:

    Ce duo de langues étrangères qui vous permettront de faire une carrière grandiose
    «Pourquoi tout est en anglais?»: des Français expliquent la rivalité des langues
    Juncker aux francophones: n’hésitez pas à parler français!
    Tags:
    apocalypse, traduction, langue, Google
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik