Ecoutez Radio Sputnik
    aéroport

    Une touriste gifle un officier à Bali pour une raison peu ordinaire (vidéo)

    CC0 / JESHOOTScom
    Société
    URL courte
    301938

    Une touriste britannique, se trouvant avec un visa expiré à l’aéroport de Bali, n’a rien trouvé de mieux que de gifler un officier de la police de frontières qui lui avait mis en conséquence une amende. La scène a été captée en vidéo.

    Une touriste britannique de 42 ans est arrivée à l'aéroport international Ngurah-Rai, situé à Denpasar, la capitale de la province indonésienne de Bali pour se diriger vers Singapour. Après avoir reçu sa carte d'embarquement, elle s'est dirigée vers les bureaux de contrôle des passeports où des officiers de la police des frontières se sont aperçus que son visa avait expiré le 18 février, a rapporté le portail News.com.au.

    Ils lui ont alors annoncé qu'elle devait payer une amende de 25 dollars (environ 22 euros) pour chaque jour en retard. Comme elle se trouvait illégalement dans le pays depuis 160 jours, son amende s'élevait à 4.000 dollars (3.450 euros). En colère, la touriste a commencé à engueuler l'officier en essayent de lui arracher son passeport. Ensuite, elle l'a giflé tout en prononçant des insultes. Cette scène a été captée en vidéo.

    La police a été avertie de l'incident. La femme a dû rater son vol et a été interpellée par des agents de sécurité.

    Le service d'immigration a expliqué que la femme ne pourra pas retourner dans son pays tant qu'elle n'aura pas payé cette amende.

    «D'après la loi, chaque touriste, restant dans le pays avec un visa expiré doit payer une amende, en cas de refus il est arrêté», ont précisé les représentants du service.

    Lire aussi:

    Il loue une Lamborghini et se fait flasher 33 fois en 3 heures pour plus de 40.000 euros
    Une Américaine poursuivie pour avoir traité la police allemande de «nazis»
    Quel est le passeport le plus «puissant» du monde?
    Tags:
    gifle, vidéo, visas, Bali
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik