Ecoutez Radio Sputnik
    Le siège du journal The New York Times à New York

    #AnnulerLesBlancs: The NYT embauche une journaliste accusée de racisme et crée un tollé

    © AFP 2018 Emmanuel Dunand
    Société
    URL courte
    141

    Le racisme anti-Blancs est-il inexistant aux yeux de The New York Times et de l'administration de Twitter? L'embauche par le journal américain d'une journaliste qui s'est permise des propos racistes à l'encontre des Blancs et le fait que son compte n'a pas été bloqué par Twitter a provoqué un tollé.

    «Les Blancs puent comme des chiens», «Des pu**ins d'idiots les Blancs», «#AnnulerLesBlancs», qui «devraient vivre sous terre comme des gobelins» en raison de leur peau qui «brûle trop vite au Soleil»- ce n'est qu'une partie des propos que s'est permise sur son compte Twitter la journaliste américaine d'origine sud-coréenne Sarah Jeong, que The New York Times a embauchée le 1er août. Or, les lecteurs du quotidien n'ont pas tardé à s'en apercevoir.

    «Si Sarah Jeong veut tweeter des choses comme celle-là, elle a les mêmes droits du premier amendement [de la Constitution des USA, ndlr] que quiconque. Mais il est surprenant que ce soit ce que The New York Times cherche dans un comité de rédaction».

    ​La presse d'ailleurs aussi: «D'après les publications de Sarah Jeong sur Twitter, elle est une xénophobe fâchée et ne cherche même pas à le cacher», constate Tucker Carlson, présentateur de Fox News, qui cite encore une expression émise par la journaliste:

    «Les Blancs ont arrêté de se reproduire. Vous êtes sur la voie de l'extinction. Dès le début, ceci fait partie de mon plan».

    Or, loin de revenir sur sa décision d'embauche, le journal a pris la défense de Sarah Jeong. Dans sa publication officielle, The New York Times a expliqué que Sarah Jeong étant une journaliste et une femme d'origine asiatique, elle a fréquemment subie des harcèlements en ligne. «Durant une certaine période, elle réagissait à ces attaques en imitant la rhétorique de ses harceleurs», a-t-il été indiqué.

    ​Comme l'a rappelé Tucker Carlson, aujourd'hui, aux États-Unis, les gens se voient licencier pour des choses beaucoup moins graves que celles que s'est permise la journaliste qui avait en outre collaboré par le passé avec des médias tels que The Verge et The Washington Post. Or, dans son cas, elle apparaît comme innocente. «Dans son cas, le racisme à l'encontre des Blancs est une réaction au racisme des Blancs eux-mêmes», constate-t-il.

    Qui plus est, d'autres journalistes ont pris la défense de Sarah Jeong, indiquant que ses propos avaient juste été sortis de leur contexte.

    Cette impunité a engendré un tollé sur la Toile, les internautes ayant constaté que pour certains le racisme anti-Blancs n'existait tout simplement pas.

    «Sarah Jeong est la définition du racisme. N'essayez pas de prétendre que c'est ok parce qu'il cible les Blancs. Si un acte est sélectivement méprisable, alors ce n'est pas vraiment méprisable. La haine et les préjugés fondés sur la couleur de la peau sont toujours l'action d'un squelette humain».

    ​Pour prouver ceci et attirer l'attention sur l'existence d'un problème, la militante Candace Owens a reproduit les tweets de Sarah Jeong en remplaçant «les Blancs» par «les Noirs» et «les Juifs». La réaction de l'administration de ce réseau social ne s'est pas fait attendre: son compte a été bloqué. Il n'a été réactivé qu'après la vague de mécontentements que ceci a produit.

    Lire aussi:

    Selon Séoul, la situation sur la péninsule est «plus grave que jamais»
    Le ministre syrien de l’Information sur «le mensonge des Casques blancs»
    En Australie, des sénateurs votent contre une motion condamnant le «racisme anti-blanc»
    Tags:
    journalistes, réseaux sociaux, racisme, Twitter, Inc, New York Times, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik