Ecoutez Radio Sputnik
    Le drapeau suisse

    Un couple musulman se voit refuser la nationalité suisse pour refus de serrer la main

    © REUTERS / Arnd Wiegmann
    Société
    URL courte
    27472

    La municipalité suisse de Lausanne a refusé la naturalisation à un couple de musulmans qui a notamment refusé de serrer la main à ses interlocuteurs de sexe opposé, estimant qu'une telle attitude ne respectait pas l'égalité hommes-femmes et que «la Constitution et l'égalité entre hommes et femmes l'emportent sur la bigoterie».

    Un couple de musulmans qui souhaitait obtenir la nationalité suisse a été débouté de sa demande à Lausanne après avoir refusé de serrer la main de personnes de sexe opposé. Grégoire Junod, maire de cette ville située au bord du lac Léman, a cité notamment «leur manque de respect pour l'égalité des sexes».

    «On a considéré que la question de l'intégration n'était pas acquise, a-t-il expliqué, cité par des médias suisses. Quand on veut la nationalité d'un pays, on doit quand même s'inscrire dans le respect de son ordre juridique et de l'égalité hommes-femmes.»

    L'audition du couple, dont la nationalité n'a pas été divulguée, s'est tenue il y a plusieurs mois, mais la décision n'a été rendue publique que vendredi.

    Grégoire Junod a fait remarquer qu'ils ne «serraient pas la main des personnes de sexe opposé» et avaient «montré beaucoup de difficulté à répondre aux questions posées par des personnes de sexe opposé».

    De nombreux musulmans soutiennent que l'islam ne permet pas le contact physique avec une personne de sexe opposé, à l'exception de certains membres de la famille.

    Toujours selon Grégoire Junod, la liberté de croyance et de religion est inscrite dans les lois du canton de Vaud, où Lausanne se trouve, mais «la pratique religieuse ne tombe pas en dehors de la loi», a-t-il souligné.

    Le vice-maire, Pierre-Antoine Hildbrand, s'est dit «grandement satisfait de cette décision».

    «J'assume totalement d'avoir proposé un refus de naturalisation. La Constitution et l'égalité entre hommes et femmes l'emportent sur la bigoterie», a-t-il ajouté.

    Le couple a 30 jours pour déposer un recours.

    Ce n'est pas le premier incident du genre en Suisse. En 2016, un collège avait dispensé deux élèves musulmans de serrer la main de leurs professeurs femmes, pratique courante dans les écoles suisses. L'affaire avait fait grand bruit et la dispense avait finalement été annulée.

    Une jeune Suédoise musulmane a récemment obtenu gain de cause en justice après avoir refusé, lors d'un entretien d'embauche, de serrer la main à celui qu'elle espérait être son futur employeur, a relaté SVT Nyheter.

    Lire aussi:

    Trump revient sur l’affaire de la poignée de main avec Merkel
    Moscou répond à la Suisse qui croit que le pays compte de plus en plus d’«espions» russes
    Les préjugés gênent le développement des relations russo-suisses (enquête)
    Tags:
    religion, musulmans, naturalisation, sexe, égalité, Lausanne, Suisse
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik