Société
URL courte
9423
S'abonner

Une page Facebook contenant des publications pro-palestiniennes a été suspendue par le géant des réseaux sociaux, qui fait de nouveau l’objet d’accusations de censure délibérée.

La «suspension» de la page Facebook Occupy London, qui avait plus de 150.000 abonnés depuis sa création en 2011, s'inscrit dans une tendance consistant en une «suppression régulière des publications liées à la Palestine», a indiqué un porte-parole d'Occupy London au site d'actualités indépendant The Canary.

Il a ajouté que ce n'était pas la première fois que le réseau social tentait de «censurer» un contenu.

«Cela se ressent comme de la censure. Pendant des mois, nous avons été confrontés à la suppression de nos publications liées à la Palestine. Environ une semaine sur deux, une publication sur ce sujet est supprimée et les comptes personnels des administrateurs de la page sont provisoirement bloqués. Et aujourd'hui, Facebook a bloqué la page tout entière.»

«Nous voulons que notre page soit immédiatement débloquée», a-t-il souligné.

Auparavant, le célèbre journaliste Glenn Greenwald avait affirmé que Facebook avait cédé à la pression du gouvernement israélien pour faire taire les militants palestiniens. Selon un rapport de son journal, The Intercept, sur quelque 158 demandes de retirer des contenus pro-palestiniens, adressées par Tel Aviv à Facebook, 95% ont été suivies d'effet.

Facebook a apparemment intensifié ses mesures de répression contre les débouchés alternatifs après avoir rejoint Apple et la plate-forme de vidéos YouTube.

Lire aussi:

Quelle a été la réaction de l’épouse de Benjamin Griveaux à la publication de ses vidéos X?
Macron déplorerait la «connerie» de Griveaux et son «improbable carrière de cinéaste»
Alexandra de Taddeo explique pourquoi elle avait conservé les vidéos X envoyées par Griveaux
Tags:
publication, Internet, Facebook, Inc, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook