Société
URL courte
10841
S'abonner

Une Britannique qui souffrait de fortes démangeaisons au niveau des jambes s'est vu diagnostiquer très tardivement un lymphome. Les médecins ont indiqué qu'elle vivait peut-être avec le cancer depuis plusieurs années parce que ses symptômes peu communs les avaient empêchés de diagnostiquer la maladie au stade précoce.

Un cas hors du commun a été enregistré dans la médecine: la Britannique Jane Baldwin, 35 ans, s'est retrouvée à l'hôpital en 2016 à cause de difficultés respiratoires. Les médecins ont constaté une infection virale et prescrit les médicaments nécessaires. Deux mois plus tard, la jeune femme présentait une adénopathie et le diagnostic a donc changé: lymphome de Hodgkin, indique le journal Metro.

En un an à peine, le cancer a atteint la phase 4 et presque tous les organes ont été touchés par des métastases. Les médecins ont indiqué qu'elle vivait peut-être avec cette maladie depuis plusieurs années parce qu'elle avait été très difficile à détecter. En effet, la jeune femme présentait des symptômes peu communs, ce qui les a empêchés de diagnostiquer la maladie à un stade précoce.

Jane Baldwin se plaignait de démangeaisons sévères aux jambes. Parfois, elle se grattait jusqu'au sang, mais elle n'avait jamais consulté de spécialiste pour ce problème. En outre, ses ganglions lymphatiques n'avaient pas augmenté de volume, ce qui semblait éliminer un cancer.

Jane Baldwin a subi depuis quatre cycles de chimiothérapie, mais la maladie n'est toujours pas vaincue.

«La démangeaison que j'avais au début est de retour, alors je ne doute pas que le cancer soit là», a-t-elle dit.

Désormais, il semble que la liste des symptômes du cancer doive être élargie pour comprendre également les démangeaisons, notamment au niveau des jambes.

Lire aussi:

Caricatures: Macron se prononce pour la première fois depuis la polémique sur ses propos
Un chef partage son secret pour des pommes de terre rôties parfaites 
Un homme attaque des policiers au centre de Moscou, il y aurait des blessés
Un commerçant de Nîmes interdit l’entrée de son magasin aux femmes voilées
Tags:
médecine, maladies, cancer, Royaume-Uni
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook