Ecoutez Radio Sputnik
    Une serveuse a l’habitude d’aller au travail sans soutien-gorge, voici comment cela finit (image d'illustration)

    Une serveuse a l’habitude d’aller au travail sans soutien-gorge, voici comment cela finit

    © Sputnik . Evgeny Bityaev
    Société
    URL courte
    3217

    Une serveuse de 25 ans, Christina Schell, déclare avoir perdu son travail dans un club de golf à Osoyoos, dans l'ouest du Canada, pour avoir refusé de porter un soutien-gorge conformément au code vestimentaire de l’établissement, rapportent des médias locaux.

    Après avoir renoncé à porter un soutien-gorge, Christina Schell, 25, a été licenciée de l'emploi de serveuse qu'elle occupait dans un club de golf à Osoyoos, dans l'ouest du Canada, selon la presse américain.

    Comme elle l'a expliqué à la presse, la jeune femme a arrêté de mettre des soutien-gorge il y a deux ans, notamment à cause de la chaleur dans la région. Mais quand Christina a présenté ces arguments à son supérieur, ce dernier lui a rétorqué que c'était pour sa propre sécurité qu'il voulait qu'elle porte un soutien-gorge.

    «Je sais ce qu'il se passe dans le club de golf quand l'alcool est de la partie», aurait-il dit selon Christina.

    La jeune femme a toutefois refusé de suivre cette règle de l'établissement et a donc perdu son travail. D'après elle, des hommes de ce club ne doivent pas se conformer à des règles similaires, il s'agit donc d'une discrimination.

    «C'est sexiste et c'est pourquoi c'est une question de droits de la personne, j'ai des tétons tout comme les hommes», a-t-elle déclaré à CBC News.

    Lire aussi:

    Brigitte Macron déclare forfait après des huées et des sifflets au stade de Reims (vidéo)
    Les derniers mots des pilotes du Boeing 737 MAX de Lion Air révélés par les boîtes noires
    Le dernier cri de désespoir du copilote du crash du Boeing de Lion Air
    Tags:
    soutiens-gorge, chaleur, serveuse, discrimination, golf, licenciement, Canada
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik