Société
URL courte
0 30
S'abonner

L’entreprise chinoise VV Go élabore une application «blockchain» pour les taxis qui permette de garantir la sécurité des usagers en leur offrant notamment la possibilité de choisir les personnes à contacter en cas d'urgence. Un analyste financier chinois donne son avis sur cette innovation à Sputnik.

On parle de plus en plus en Chine d'une blockchain pour les taxis, après le viol puis le meurtre de l'une des passagères de Didi Chuxing, le géant chinois des véhicules avec chauffeur. Aussi, n'est-il pas à exclure que de nombreux services de taxis reposant sur Blockchain et tokenization puissent surgir. Cela est en grande partie dû aux divers avantages de la technologie Blockchain, en particulier dans le domaine du contrôle personnel.

Les perspectives de ce projet, du moins en Chine continentale, sont plutôt vagues, les autorités chinoises ayant interdit la circulation des bitcoins dans le pays, a rappelé à Sputnik Bian Yongzu, du centre des études financières de l'Université Renmin de Chine.

«À ce jour, la Chine ne reconnaît pas le bitcoin. […] Et je ne pense pas que la situation change dans une perspective prévisible», a expliqué l'interlocuteur de l'agence.

Et d'ajouter que Pékin saluait l'utilisation de la technologie même de blockchain dans différents domaines, sauf les cryptomonnaies.

M.Bian prévient par ailleurs que l'utilisation des chaînes de blocs en matière de sécurité sera un processus long et difficile et ne résoudra pas à elle seule le problème fondamental qu'est celui de sécurité au sein de la société.

Lire aussi:

La France annonce la plus importante hausse de cas de Covid-19 en plus de deux mois
Didier Raoult estime que le Covid-19 est désormais l'une des maladies respiratoires les moins graves - vidéo
Perdu en mer, un jeune garçon survit en se rappelant les conseils d’un documentaire
Tags:
sécurité, taxi, Sputnik, Université Renmin de Chine, Bian Yongzu, Chine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook