Ecoutez Radio Sputnik
    Un adolescente triste

    Comment Facebook révèle à tout le monde le for intérieur que l’on préfère cacher

    CC0 / Pixabay
    Société
    URL courte
    342

    Des chercheurs ont expliqué comment les publications sur Facebook pourraient être interprétées pour expliquer l’état émotionnel d’un utilisateur et quelles conclusions on pourrait en tirer pour comprendre ce qui se cache derrière un profil ordinaire sur ce réseau social, révèle The Daily Mail.

    Des scientifiques du School of Psychology de NUI Galway ont interrogé 717 utilisateurs adultes de Facebook dans le cadre d'une nouvelle étude visant à analyser le comportement des individus sur les réseaux sociaux, lit-on dans le quotidien britannique The Daily Mail.

    Ils ont ainsi établi que les adultes dans des relations précaires pouvaient utiliser Facebook pour satisfaire leurs besoins d'attachement.

    C'est particulièrement le cas pour les personnes ayant une faible estime de soi ou pour les personnes éprouvant des niveaux élevés de détresse psychologique, y compris de l'anxiété et de la dépression, soulignent les chercheurs.

    Ceux et celles qui ne sont pas sûrs de leur relation amoureuse ont davantage tendance à utiliser Facebook pour surveiller leur ex sur le Web, poursuivent-ils.

    En outre, les personnes avec une forte anxiété d'attachement étaient plus susceptibles de se comparer aux autres utilisateurs des réseaux sociaux, phénomène connu sous le nom de comparaison sociale.

    Les scientifiques ont également constaté que ces utilisateurs étaient les plus susceptibles d'entretenir soigneusement leur propre image en ligne, un acte qualifié de gestion des impressions.

    Lorsque ces utilisateurs de Facebook étaient dans un état émotionnel intense, ils étaient plus enclins à divulguer des informations personnelles dans les publications sur le réseau social.

    Ils utilisaient aussi souvent le site de manière intrusive, c'est-à-dire que cela avait un impact sur leur sommeil, leur travail et leurs relations sociales.

    «Nos résultats suggèrent que Facebook peut être utilisé par certains pour répondre à des besoins d'attachement fondamentaux, en particulier pour ceux qui ont une faible estime de soi et qui souffrent de détresse psychologique», concluent les scientifiques.

    Lire aussi:

    «Frapper, étrangler, tuer» : comment les réseaux sociaux nous contrôlent
    La première plainte portée contre Facebook suite à la fuite des données des utilisateurs
    Comment les «likes» sur Facebook nuisent à votre santé et à votre silhouette
    Tags:
    dépression, solitude, réseaux sociaux, société, Facebook
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik