Société
URL courte
145
S'abonner

Les «youtubeuses beauté» sont de plus en plus nombreuses dans le monde. Elles envahissent également les réseaux sociaux en Algérie et le nombre de leurs abonnés va toujours croissant, constate le site Mondafrique.

Elles sont aujourd'hui très nombreuses à se munir d'une caméra et à diffuser leurs photos sur internet. Pourtant, être youtubeuse n'est pas si simple qu'il paraît au premier abord. En effet, pour le rester, il faut avoir un grand nombre d'abonnés, ces consommatrices potentielles pouvant intéresser les marques qui envoient des échantillons gratuits et des cadeaux aux youtubeuses pour séduire les consommatrices. Ce qui représente un nouveau modèle marketing.

En Algérie, le marketing n'est pas le seul aspect de cette activité, c'est un phénomène de société ou presque. Les youtubeuses algériennes vendent non des produits, mais du rêve, indique le site Mondafrique.

Suivies par plus d'une centaine de milliers d'abonnés, les collègues d'Amira Riaa, la première youtubeuse algérienne avec plus de 552.000 abonnées, n'ont aucun problème à afficher leurs vies. Mariées pour la plupart, elles se filment dans nombre de cas accompagnées de leur époux, souvent jeunes comme elles. Et elles emmènent leurs abonnées partout avec elles via leur écran de smartphone, que ce soit en voyage, pour une sortie, une séance de coiffure, voire même au travail.

Le site met en relief le côté éclectique des youtubeuses algériennes. Les unes montrent à leurs abonnées comment porter le voile islamique, filment leurs journées au mois de ramadan et publient sur leurs pages Facebook ou Instagram des prières. D'autres, moins spirituelles et accros au maquillage et aux soins beauté, partagent avec leurs abonnées les astuces du moment et leur apprennent à se maquiller. Certaines, celles qui sont nées avec une cuillère d'argent dans la bouche, affichent leur mode de vie aisé, avec voyages tout au long de l'année, vêtements de luxe et demeures de rêves. Avec un point commun pour toutes les youtubeuses algériennes: un animal de compagnie, chien ou chat.

Les youtubeuses algériennes ont réussi à capter l'attention de milliers de jeunes qu'elles ont su, pour la plupart, transformer en clientes puisqu'elles sont souvent des chefs d'entreprises. Car la communauté virtuelle en a aidé la plupart à créer un projet de vente ou de conception de vêtements, de produits de beauté ou d'accessoires grâce aux encouragements de leurs fans et à la disposition de moyens financiers et logistiques.

À travers leurs posts et vidéos, ces youtubeuses véhiculent l'image de femmes accomplies qui s'affichent en toute assurance, montent leurs business et s'érigent en coach de vie pour des milliers de jeunes femmes qui les suivent. Toutefois, peu d'entre elles parlent de l'importance de la culture ou de la défense de causes justes ce pour quoi elles sont souvent qualifiées de superficielles par les internautes.

Pourtant, Mondafrique se pose une question importante: ces jeunes youtubeuses qui donnent l'impression que les femmes n'existent que par leur marque de rouge à lèvres ou leur sac, sont-elles réellement un modèle à suivre pour les jeunes ou un danger pour la situation réelle des femmes?

Lire aussi:

Plus d'une centaine de blessés dans l'effondrement d’une tribune dans une synagogue près de Jérusalem - vidéo
Plusieurs blessés dans une attaque à la voiture bélier à Jérusalem-Est
Israël fait face au rythme le plus élevé de roquettes jamais tirées vers son territoire, selon l'armée
Un Néerlandais interpellé avec 14 kg de cannabis remis en liberté faute d’interprète
Tags:
marketing, culture, animaux, maquillage, smartphones, abonnés, Internet, youtubeur, Mondafrique, Instagram, Inc, Facebook, Inc, Algérie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook