Ecoutez Radio Sputnik
    Image d'illustration

    Pour élucider une affaire vieille d’un quart de siècle, un lac sera asséché en Allemagne

    © AP Photo / Jens Meyer
    Société
    URL courte
    2133

    Cherchant à élucider les faits survenus en 1993, les enquêteurs font assécher un lac de Basse-Saxe. Qu’espèrent-ils y trouver ? La dépouille d’une femme portée disparue et l’arme du crime dont elle a possiblement été victime.

    Dans l’arrondissement d’Osterholz, en Basse-Saxe, les travaux visant à assécher le lac Tietjensee ont commencé. L’objectif? Faire la lumière dans l’affaire sur la disparition d’une femme datant de près de 25 ans, rapporte la chaîne allemande NDR

    La police espère découvrir au fond du lac les restes d’une jeune femme disparue en 1993 et l’arme du crime. Selon l’enquête, il s’agirait du pistolet que le suspect aurait subtilisé à son père à deux ans de ces faits. 

    Selon leur version, la femme aurait été assassinée par son compagnon alors âgé de 58 ans. D’après les informations des enquêteurs, juste avant de disparaître, elle envisageait de le quitter et cela aurait pu être le motif d’un crime. 

    Pourquoi chercher sa dépouille dans ce lac? Comme le précise la chaîne, en 1994, soit un an après sa disparition, des pêcheurs ont retrouvé dans ses eaux un sac en plastique contenant des cosmétiques, un dentifrice et l’alliance de la jeune femme en question. 

    Les travaux d’asséchement devraient prendre entre 3 et 5 jours. Les eaux du lac – la bagatelle de 35 millions de litres — sont pompées vers un plan d’eau voisin. 

    Lire aussi:

    Une série de nuits de violences à Romans-sur-Isère: caillassage et jets de cocktails Molotov contre la police
    Macron officialise l'avis de la France sur Huawei après la décision de Trump de l’écarter
    Le crash d'un F-16 laisse un trou béant dans le toit d'un bâtiment en Californie (vidéo)
    Tags:
    enquête, meurtre, lac asséché, dépouille, police, Basse-Saxe, Allemagne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik