Société
URL courte
112
S'abonner

Avant septembre 2017, l’Arabie saoudite était le seul pays au monde à interdire l’accès au volant aux femmes, mais cette interdiction a été levée en juin 2018, dans le cadre d’un programme de réformes mené par le prince héritier. Sputnik s’est entretenu avec quelques habitants du royaume.

En juin dernier, l'Arabie saoudite a commencé à délivrer des permis de conduire aux femmes qui participent désormais à la circulation routière sur un pied d'égalité avec les hommes, et ces quatre mois pendant lesquels les Saoudiennes tiennent le volant ont contribué à l'essor de l'économie du royaume, a déclaré à Sputnik l'économiste saoudien Saad al Dusri.

Des Saoudiennes au volant
© Photo / Sarah al Wassia
Des Saoudiennes au volant

«Tout d'abord, plus de femmes travaillent désormais, car elles ne dépendent plus du transport. Ensuite, la famille saoudienne emploie pour d'autres choses les dépenses pour les chauffeurs. Et enfin, l'argent que les conducteurs étrangers expédiaient dans leurs pays d'origine reste maintenant dans le royaume», a expliqué l'interlocuteur de l'agence.

Des Saoudiennes au volant
© AP Photo / Nariman El-Mofty
Des Saoudiennes au volant

Et d'ajouter que le nombre de conducteurs avait diminué et que cette tendance ne ferait que s'accentuer avec le temps.

قيادة المرأة السعودية للسيارة، الرياض، 25 يونيو/ حزيران 2018
© AP Photo / Nariman El-Mofty
Des Saoudiennes au volant

Fallah al Ahmari, directeur général pour les ventes d'un salon automobile, a indiqué à Sputnik que les ventes de voitures augmentaient.

«On voit apparaître un nouveau segment du marché "voitures pour femmes". C'est que les dames choisissent une voiture correspondant à leurs critères — qu'elle consomme moins d'essence, garantisse la sécurité et soit belle. Nous tenons compte des souhaits de nos clientes et les aidons à trouver une variante idéale», a raconté le Saoudien.

Une autre interlocutrice de Sputnik, Sarah al Wassia, a particulièrement retenu le travail de la police routière.

«Ses inspecteurs nous aident beaucoup, en nous encourageant. Dans n'importe quelle situation compliquée sur la route, ils règlent rapidement le problème», a indiqué la jeune femme.

Saad al Shamrani, habitant du royaume, a raconté à Sputnik avoir payé 530 dollars par mois pour son conducteur.

«Il prenait par ailleurs ses repas avec nous et avait, dans notre maison, une chambre avec douche, WC et sortie dans la rue. Maintenant quand il n'est plus là, notre vie est devenue plus confortable», a-t-il constaté.

Lire aussi:

Pourquoi des affiches de l’État sur le pass sanitaire étaient datées de janvier 2020? Explications
En bombardant le Liban, Israël envoie un message à l’Iran
«La gorge me brûlait»: voici ce qui s’est passé dans la salle de cinéma évacuée à Annecy en pleine première d’OSS 117
Togo: Sitôt construit, un barrage s'écroule… les espoirs des villageois aussi – photos
Tags:
Arabie Saoudite, Saad al Dusri, Fallah al Ahmari, Sputnik, permis de conduire, femmes, conducteur
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook