Société
URL courte
262
S'abonner

Le condamné à mort avait choisi cette méthode d'exécution quasiment abandonnée car vivement critiquée en raison de sa cruauté.

Les autorités de l'État américain du Tennessee ont exécuté un condamné en recourant à la chaise électrique, annonce la chaîne télévisée WSMV.

La chaise électrique, qui n'est plus autorisée que dans neuf États, n'avait pas servi depuis 2013 aux États-Unis.

Selon la chaîne, avant que 1.750 volts ne passent à travers son corps, Edmund Zagorski a eu deux derniers mots, selon son avocate: «Let's rock». Condamné à mort pour un double meurtre commis en 1984, ce détenu américain avait déposé un recours pour être exécuté sur une chaise électrique et pas non par injection.

En cas d'injection, «les 10 à 18 dernières minutes de sa vie seront une horreur absolue» alors que s'il est électrocuté, il ressentira «une douleur insoutenable, probablement pendant 15 à 30 secondes», avaient écrit ses avocats dans leur requête.

Lire aussi:

L'Armée nationale libyenne d'Haftar proclame zone militaire la frontière entre la Libye et l'Algérie
Un important incendie suivi de déflagrations dans le centre de Moscou - vidéos
«On aurait dit une guerre civile»: des fêtards en Bretagne reviennent sur la nuit d’affrontements avec la gendarmerie
Le Drian assure sans plaisanter envisager une frappe nucléaire russe sur l’Europe
Tags:
condamnation, meurtre, Tennessee
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook