Société
URL courte
9321
S'abonner

Le jeûne pourrait ralentir le vieillissement, selon les résultats d’une recherche récente de scientifiques de l’université de Californie. Grâce à lui, l’activité de certaines protéines est réduite ce qui permet de freiner le développement des maladies.

Des chercheurs de l'université de Californie à Irvine ont établi qu'un jeûne d'une durée modérée pourrait modifier les échanges métaboliques et influer sur le rythme circadien, notre horloge biologique interne qui contrôle la majorité des processus qui se produisent dans notre organisme: par exemple, de la décharge des hormones au règlement de l'activité de toute cellule. Le jeûne pourrait améliorer l'état de la santé général et réduire les risques de maladies liées au vieillissement, conclut une étude collective publiée en décembre 2018 dans la revue Cell Reports.

Choisies comme cobayes pour cette expérience, des souris ont été privées d'alimentation pendant 24 heures. Les scientifiques ont constaté que les rongeurs affamés consommaient moins d'oxygène et dépensaient moins d'énergie. Chez eux, le rapport entre la quantité du dioxyde de carbone expiré et celle d'oxygène inspiré était inférieur à ce qu'il était lorsque les souris ont recommencé à manger.

Les chercheurs ont également remarqué que le jeûne influençait le fonctionnement de gènes et de protéines fondamentaux pour le rythme circadien. L'activité des protéines BMAL et REV-ERB qui règlent celui du foie et des muscles de l'appareil locomoteur a diminué.

«Le jeûne est capable de placer le gène dans un régime moins stressant et de préparer l'organisme à un prochain repas ce qui permet de lancer un nouveau rythme de l'expression génétique. Autrement dit, il est possible de reprogrammer une série de réactions cellulaires. Ce processus est bénéfique à la santé parce qu'il permet de ralentir la progression des maladies liées au vieillissement», a indiqué le professeur de l'école de médecine UCI, Paolo Sassone-Corsi, cité sur le portail Science Daily.

Lire aussi:

Une fillette de 3 ans étranglée par sa mère de 19 ans en train de hurler «Jésus de Nazareth»
Didier Raoult interpelle l'OMS sur le remdesivir et en dénonce les effets secondaires
Jean-Yves Le Drian, l’indéboulonnable ministre de Hollande et Macron
Tags:
protéines, jeûne, faim, vieillissement, recherche, étude, chercheurs, nourriture, santé, souris, Université de Californie, Paolo Sassone-Corsi, Californie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook