Ecoutez Radio Sputnik
    Un scientifique

    Suivre un régime n’aboutirait à rien si la personne a subi une mutation génétique

    © Sputnik .
    Société
    URL courte
    0 20

    Des transformations génétiques suscitant une prise du poids ont été découvertes par des scientifiques de l’université de Cambridge. Ils considèrent que l’étude approfondie de ce phénomène pourrait résoudre le problème de l’excès de poids.

    Des biologistes ont comparé les ADN de personnes en surpoids à celles de personnes maigres, ce qui a aidé à révéler une douzaine de mutations dans certains gènes protégeant l'homme contre l'obésité. Le bilan de l'étude a été publié dans la revue PLoS Genetics.

    «Pour la première fois, nous avons démontré que les personnes minces entretenaient leur ligne grâce à leur génome qui contient moins de mutations nuisibles provoquant l'excès de poids. Actuellement, l'idée qu'il faut avoir de la volonté de maigrir nous semble fausse. Il apparaît que nous ne pourrions pas contrôler notre poids comme nous l'avons précédemment pensé», a déclaré Sadaf Farooqi, professeur de l'université de Cambridge.

    M.Farooqui et ses collègues ont procédé à une importante vérification de cette hypothèse, en recueillant et en déchiffrant les échantillons d'ADN de près de 2.000 personnes extrêmement maigres de Grande Bretagne, et auprès du même nombre de personnes souffrant de surpoids ainsi qu'auprès de 10.000 volontaires minces.

    L'étude des scientifiques s'est fondée sur l'idée que les personnes les plus maigres et les plus grosses auraient subi une quantité maximale de mutations «nuisibles» et «saines». Après avoir comparé les données d'un grand nombre de gènes, ils ont prouvé que ces types de mutations existent.

    Comme les gènes influent différemment sur le changement de poids, les transformations du gène FTO associé au surpoids, notamment, ont favorisé le développement de l'obésité plus rapidement lors de l'expérience. Néanmoins, le gène CADM2, récepteur cérébral, agissait de manière contradictoire.

    Il reste à découvrir comment les gènes de la maigreur et du surpoids fonctionnent. Les biologistes espèrent comprendre ce qui provoque ces mutations, en continuant à surveiller les familles des personnes les plus maigres. «Si nous arrivons à trouver les gènes qui permettent aux gens de rester maigres, nous pourrions concevoir comment aider les gens privés de ces avantages génétiques», a souligné M.Farooqui.

    Auparavant, des scientifiques de l'Université de Cambridge et d'un hôpital pour enfants de Los Angeles aux États-Unis ont conclu que les molécules de protéine de sémaphorine influent sur la prise de poids. Elles sont présentes en grandes quantités dans l'hypothalamus, une partie du cerveau responsable du système nerveux central, selon une étude publiée sur le site MedicalXpress.

    Depuis quelques années, des scientifiques trouvent beaucoup de témoignages que le surpoids et les problèmes de métabolisme associés à ce dernier s'activent tant à cause des anomalies génétiques que par l'absence de volonté des concernés.

    Lire aussi:

    La Russie évacue du Venezuela ses spécialistes qui entretenaient du matériel technique
    La canicule fait ses premiers morts en France
    Une nouvelle tentative de coup d’État déjouée au Venezuela
    Tags:
    métabolisme, surpoids, gènes, scientifiques britanniques, biologiste, ADN, obésité, découverte, étude, Université de Cambridge, Royaume-Uni
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik