Société
URL courte
Crash de l'avion du footballeur Emiliano Sala (25)
121
S'abonner

La disparition de l’attaquant argentin Emiliano Sala a uni ses anciens coéquipiers et ses supporters en une forte émotion au Stade de La Beaujoire, lors du premier match du FC Nantes après le drame.

Les joueurs et les supporters du FC Nantes ont rendu mercredi hommage à Emiliano Sala, le jeune attaquant argentin disparu alors qu'il rejoignait en avion son nouveau club Cardiff City. La scène a particulièrement touché les internautes.

​L'émotion était intense au Stade de La Beaujoire, lors du premier match du FC Nantes depuis la disparition du jeune sportif. Sa famille, espérant malgré tout le retrouver en vie, avait demandé à ce qu'aucune cérémonie officielle n'ait lieu. Les supporters et les joueurs lui ont donc rendu hommage au stade.

​Ses anciens coéquipiers sont entrés sans musique, mais sous les applaudissements nourris des supporters. Les footballeurs étaient vêtus de maillots portant son nom et arboraient un brassard vert, symbole d'espoir.

​À la neuvième minute, l'arbitre a interrompu le match pour que le public et les supporters puissent communier ensemble.

​À ce moment, l'entraîneur nantais, Vahid Halilhodzic, a fondu en larmes.

​Les internautes ont été touchés par cette émotion collective.

​Une minute d'applaudissements pour le footballeur avait été également respectée mardi soir à l'Emirates Stadium, de même que dans tous les stades de la Premier League, alors que Cardiff s'apprêtait à affronter Arsenal pour son premier match depuis la disparition de celui qui s'apprêtait à entrer dans les rangs gallois.

Dossier:
Crash de l'avion du footballeur Emiliano Sala (25)

Lire aussi:

«Une catastrophe pour la France»: un chef des urgences évoque un possible reconfinement
Plusieurs explosions entendues à Minsk
Un couple de sexagénaires agresse une caissière qui leur demande de porter un masque dans les Vosges
Tags:
hommage, disparition, football, Emiliano Sala, Cardiff, France, Nantes
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook