Société
URL courte
6424
S'abonner

Pendant la guerre en Syrie, le cinéma national a connu une crise qui n’est toujours pas surmontée. Bien des acteurs de renom sont partis travailler en Égypte et au Liban et le public syrien s’est mis à regarder des films et des feuilletons télévisés étrangers. Une actrice syrienne a parlé à Sputnik des problèmes dans son métier.

Cherchant à reconquérir le marché après la crise qu'a connue l'industrie cinématographique syrienne dans les années de guerre, les réalisateurs invitent des acteurs connus sans parfois prendre en compte leur talent et leur emploi, ce qui se répercute inévitablement sur la qualité des productions. Dans le cinéma syrien d'aujourd'hui, il y a de plus en plus de rôles que bien des actrices refusent, les jugeant trop osés, a confié à Sputnik l'actrice syrienne Dana Nasri.

Dana Nasri, actrice de cinéma syrienne
© Sputnik . Bassel shartouh
Dana Nasri, actrice de cinéma syrienne

«Quant à moi, je n'ai pas peur d'incarner des personnages audacieux et même effrontés. Pour un rôle intéressant, je suis prête à me montrer provoquante et à me dévoiler. On peut le faire sans être vulgaire, sans défier la société. Je suis persuadée que le compromis y est tout à fait possible», a déclaré l'interlocutrice de l'agence.

Le selfie, c'est normal aujourd'hui

Aujourd'hui, tout le monde se photographie. Les gens commandent des sessions photo et les publient sur les réseaux sociaux. Ce phénomène n'est qu'un élément de la vie contemporaine qui aide certains à s'affirmer, alors que d'autres rêvent peut-être de devenir une star d'internet ou un blogueur à la mode, a estimé Dana.

Dana Nasri, actrice de cinéma syrienne
© Sputnik . Bassel shartouh
Dana Nasri, actrice de cinéma syrienne

«Et alors, on fait appel à la chirurgie esthétique. Pourvu qu'on soit idéal sur les photos. On imite souvent les vedettes, voulant ressembler par exemple à Haifa Wehbe [actrice et chanteuse libanaise, ndlr]», a poursuivi l'actrice.

Non aux opérations de chirurgie esthétique!

«Je suis contre la chirurgie esthétique et je n'en ai jamais fait. Et après, à mon avis, sur le plateau de tournage, le réalisateur n'a pas besoin d'une jolie poupée, mais d'une actrice qui comprend son idée et qui est prête à travailler consciencieusement devant la caméra. Le travail d'acteur ne se réduit pas au langage du corps. Il faut exprimer l'idée que le réalisateur veut faire comprendre au public», a résumé l'actrice syrienne.

Lire aussi:

Une «violente altercation» éclate entre deux avocats lors du procès Sarkozy, l’audience suspendue
Des passagers maîtrisent un homme avec une crosse dépassant de son sac dans le TER
Mort de Giscard d'Estaing: Macron salue un homme «politique de progrès et de liberté», les hommages se multiplient
Tags:
rôle, chirurgie esthétique, tournage, réalisateur, cinéma, acteur, Sputnik, Haifa Wehbe, Dana Nasri, Liban, Egypte, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook