Société
URL courte
0 120
S'abonner

Pendant la guerre, les commerces ont pratiquement fermé dans la vieille ville de Damas, la plupart des antiquaires et des marchands d'objets de luxe ayant changé de métier pour pouvoir gagner leur vie. Sputnik s’est entretenu avec deux d’entre eux.

La guerre, ce n'est pas seulement la mise en veille du marché, c'est aussi un regain de criminalité, a raconté Fuad Muhammed Azu à Sputnik.

À Damas, la guerre a obligé bien des antiquaires à changer de métier
© Sputnik . Lobna Shaker
À Damas, la guerre a obligé bien des antiquaires à changer de métier

«Je n'achète jamais rien à des personnes qui apportent un ou deux objets ou en montrent les photos sur téléphone. En règle générale, ce sont des objets volés. Soit on les trouve et restitue à leurs propriétaires, soit ils sont transportés en contrebande à l'étranger», a expliqué l'interlocuteur de l'agence.

À Damas, la guerre a obligé bien des antiquaires à changer de métier
© Sputnik . Lobna Shaker
À Damas, la guerre a obligé bien des antiquaires à changer de métier

Et de constater que bien des reliques et bijoux de famille que les gens avaient gardés pour les «mauvais jours» s'étaient retrouvés sur le marché.

À Damas, la guerre a obligé bien des antiquaires à changer de métier
© Sputnik . Lobna Shaker
À Damas, la guerre a obligé bien des antiquaires à changer de métier

Un autre marchand d'objets d'art, d'ameublement et de décoration anciens, Issam al Katib, a déclaré à Sputnik qu'avant la guerre, c'était un business très rentable, des milliers de touristes voulant emporter avec eux des objets en cuivre ou en laiton, des boîtiers incrustés ou des meubles. Et à présent, on voyait entre autres dans son magasin même un vieux magnétophone à cassettes.

 À Damas, la guerre a obligé bien des antiquaires à changer de métier
© Sputnik . Lobna Shaker
À Damas, la guerre a obligé bien des antiquaires à changer de métier

«Il est difficile de travailler maintenant, la demande étant extrêmement basse. Quoi qu'il en soit, j'aime mon métier et je travaillerai tant que ce sera possible. Je tiens à tous ces objets, je sais à quoi ils servent. Ils me sont chers», a résumé le Syrien.

Lire aussi:

Deux explosions retentissent à Beyrouth, des morts et des blessés - vidéos
En continu. Le bilan de l'explosion à Beyrouth s'alourdit à 78 morts et près de 4.000 blessés
Trump désigne «la plus grande erreur» de l’Histoire des États-Unis
Un habitant de Nice sacrifie un mouton dans sa baignoire pour l’Aïd el-Kebir – vidéo choc
Tags:
marchand, antiquités, commerce, guerre, Sputnik, Issam al Katib, Fuad Muhammed Azu, Damas, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook