Ecoutez Radio Sputnik
    Un crâne

    Un crâne d’homme préhistorique, d’une espèce rare, découvert en Sibérie

    CC0 / Pixabay/elianemay
    Société
    URL courte
    2234

    Un cinquième échantillon de Dénisovien (Homme altaiensis) a été découvert en Sibérie, informe le portail d’information Sapiens. Ce morceau de crâne enrichit la collection des ossements de Dénisoviens, dont l’espèce avait été identifiée en 2010 pour la première fois.

    Le premier morceau de crâne de l'homme de Denisova, ou Dénisovien, a été retrouvé en Sibérie. Cette espèce du genre Homo altaiensis, très peu étudiée jusqu'à aujourd'hui et découverte pour la première fois en 2010 dans la grotte de Denisova, dans les montagnes de l'Altaï, a été identifiée à partir de quelques ossements. Avant cette récente découverte, l'Homo altaiensis n'avait été identifié que par un fragment d'os d'enfant et de trois dents, informe le portail d'information Sapiens.

    La trouvaille consiste en deux fragments de la partie arrière gauche d'un pariétal, qui mesurent cinq centimètres sur huit. L'analyse de l'ADN a montré qu'il s'agissait d'un os de Dénisovien. Cependant, l'échantillon est si vieux qu'il est impossible de le dater par radiocarbone, estiment les scientifiques.

    «C'est très bien que nous ayons enfin des fragments comme celui-ci», déclare le paléoanthropologue Bence Viola de l'université de Toronto. «Ce n'est pas un crâne complet, mais c'est un morceau de crâne. Cela nous en donne plus. Par rapport au doigt et aux dents, c'est bien de l'avoir.» Mais, ajoute-t-il, ce n'est pas vraiment un squelette. «Nous sommes toujours gourmands», rigole-t-il. «Nous voulons plus.»

    Des scientifiques ont comparé les fossiles avec des os crâniens d'hommes contemporains et de Néandertaliens. Les résultats de l'étude seront publiés plus tard.

    Malheureusement, les dimensions de ces fragments sont trop petites pour pouvoir les utiliser afin d'identifier des crânes d'autres Dénisoviens, sans recourir à l'analyse de l'ADN. Les scientifiques espèrent qu'à l'avenir, il sera possible de trouver davantage de fossiles préservés, ce qui permettra d'identifier rapidement les restes d'Homo altaiensis, comme les Dénisoviens.

    Auparavant, un groupe international de scientifiques a défini le temps de séjour de Néandertaliens et de Dénisoviens sur le territoire de la Sibérie ancienne. Homo altaiensis habitaient la grotte de Denisova, il y a au moins 200.000 ans. Ils auraient pu s'implanter il y a 300.000 ans. Il y a 100-200 milliers d'années, des Néandertaliens sont arrivés dans les montagnes de l'Altaï. Ainsi, les deux espèces Homininés se sont côtoyées, jusqu'à se métisser.

    Lire aussi:

    Les derniers mots des pilotes du Boeing 737 MAX de Lion Air révélés par les boîtes noires
    La France au seuil d’une révolution? Le sondage alarmant de l’Ifop
    Gilets jaunes: l’armée sera déployée samedi pour sécuriser des bâtiments
    Tags:
    Hominidé de Denisova, découverte, étude, chercheurs, ADN, Néandertaliens, crâne, os, Université de Toronto, Altaï, Sibérie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik