Ecoutez Radio Sputnik
    bactéries, image d'illustration

    Ces objets du quotidien qui seraient plus dangereux qu’il ne semble

    © Fotolia / Giovanni Cancemi
    Société
    URL courte
    3161

    De la télécommande aux touches d’un distributeur automatique, les microbes se cachent un peu partout. Des médecins ont évoqué les objets qui en accumulent le plus, tout en détaillant comment se protéger.

    Argent, téléphone portable, volant de voiture et anses de sac… Voici seulement quelques-uns des objets qui font partie de notre quotidien et qui regorgent de microbes, alertent les médecins.

    C'est avant tout le fait de passer entre les mains d'un grand nombre de personnes qui contribue à l'accumulation de bactéries, explique Vassili Frolov, médecin d'un hôpital moscovite, à l'agence Moskva.

    Dans sa liste des objets les plus sales, il cite également les touches des distributeurs automatiques de billets, les boutons des ascenseurs, les poignées de porte dans les lieux publics et les caddies des supermarchés. S'y ajoutent les télécommandes et les éponges à vaisselle.

    Au niveau de l'appartement, plusieurs endroits sont propices au développement des micro-organismes: les tapis à longs poils, les canapés, les plaques de cuisson, la ventilation, les meubles de cuisine et les salles de bain.

    Le moyen de se protéger, bien que banal, reste efficace: se laver les mains en arrivant chez soi, avant et après chaque repas ainsi que suite aux contacts avec des objets sales et avec des produits non-traités, note le médecin.

    Il recommande également de privilégier le savon liquide au dur et d'utiliser un désinfectant, tout en rappelant que celui-ci n'est pas en mesure de le remplacer entièrement.

    Lire aussi:

    La canicule fait ses premiers morts en France
    Une femme décédée pendant 27 minutes raconte ce qu'elle a vu et vécu
    L’éruption de la «bouche de l’enfer» dans les Kouriles après 100 ans de sommeil tue tout ce qui vit (images)
    Tags:
    hygiène, médecine, savon, bactérie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik