Société
URL courte
461
S'abonner

Au tribunal de Besançon, le 16 mai, un Tunisien jugé s’est coupé les veines avec une lame de rasoir après l’énoncé du verdict qui le condamnait à cinq ans de prison ferme pour violences aggravées.

Le 16 mai, un Tunisien du nom de Zakaria Tounsi, accusé pour des faits de violence aggravée sur une avocate, a sorti une petite lame de rasoir et s’est ouvert les veines en pleine audience au sein du palais de justice de Besançon. L’homme a été tout de suite pris en charge par les secours. Il a été hospitalisé au CHU de la ville.

Zakaria Tounsi a été condamné en première instance, fin mars, à quatre ans de prison ferme. Le prévenu comparaissait en appel et a été condamné à une année de prison de plus. Il avait défoncé la porte d'entrée du domicile d'une jeune femme – avocate au barreau de Besançon – avant de l'agresser. Menacée d’un couteau, la victime était parvenue à le neutraliser temporairement, avant de fuir par une fenêtre.

Un rapport a été demandé à la prison de Besançon, pour comprendre comment ce détenu a pu obtenir une lame de rasoir puis passer à travers tous les contrôles de sécurité jusqu’à la salle d’audience. La question reste ouverte.

Lire aussi:

«Les vraies élites c’est nous», affirme Didier Raoult
«Folie furieuse de Macron», «idéologie des eurodingos»: bientôt un impôt européen?
Plus de 20.000 manifestants pour réclamer justice pour Adama, des gaz lacrymogènes tirés
Camélia Jordana intervient et perturbe un contrôle de police en plein Paris
Tags:
jugement, sang, Besançon, tribunal
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook