Ecoutez Radio Sputnik
    Violence contre les femmes

    Frapper une femme, un «remède» fourni par l’islam? Les propos d’un imam font polémique

    CC0 / ninocare
    Société
    URL courte
    11121
    S'abonner

    Les propos émis par le grand imam de la mosquée Al-Azhar du Caire, Ahmed el-Tayeb, qui avait déclaré au cours du ramadan que frapper une femme était un «remède» proposé par le Coran et permettait de sauver la famille ont fait naître une polémique. Quelques jours plus tard, il a cependant appelé à criminaliser le fait de battre les femmes.

    Commentant la question du droit d’un homme d’exercer la force contre son épouse, dans le cadre de son émission diffusée pendant le ramadan, le grand imam de la mosquée Al-Azhar du Caire, Ahmed el-Tayeb a cité des versets coraniques et a suggéré qu’utiliser symboliquement la force était une sorte de «remède» offert par l’islam et permettant de faire régner la discipline.

    Il a toutefois précisé que pour cela il existait des règles et que la femme ne devait pas être battue au visage, à l’aide des mains, ni recevoir des blessures ou des fractures, ajoutant que le coup symbolique pouvait être porté à l’aide d’une brosse à dents, par exemple.  

    Pourtant, quelques jours après ces déclarations, l’imam a réalisé une sorte de volte-face, indiquant qu’il espérait un jour voir un changement qui criminaliserait les coups.

    «Frapper une épouse est devenu l’une des choses qui lui cause un dommage psychologique et se reflète négativement sur la famille. L'intellectuel de Makkah, Ibn Atta, était parmi les premiers à avoir refusé de frapper (sa femme) et n'a pas considéré cela comme contraire à ce qui a été exposé dans le Saint Coran. Nous n'avons aucune objection à Al-Azhar à ouvrir le débat en la matière entre spécialistes. J'espère vivre pour voir la législation dans notre monde arabe et islamique criminaliser les coups.»

    Comme le précise la presse arabophone, ces déclarations ont engendré de vives polémiques. Si les soutiens du grand imam ont considéré que ses propos avaient été sortis de leur contexte -notamment Ahmed al-Sawy, rédacteur en chef du journal Al-Azhar, qui a attiré l’attention sur le fait qu’ Ahmed el-Tayeb était connu pour son prône de l’égalité entre les femmes et les hommes-, d’autres se sont montrés critiques.

    Ainsi, le chercheur égyptien et parlementaire Mohammed Abu Hamed a lancé que «l’opinion du grand imam Al-Azhar sur la permission faite au mari de frapper est son idéologie principale qui est enregistrée en audio et vidéo».

    Tags:
    Coran, islam, société, frappes, polémique, Egypte, imam, femmes, violences
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik