Société
URL courte
283
S'abonner

La Suisse, Singapour, le Canada, l’Espagne, la Nouvelle-Zélande: voici le top-5 des pays qui ont été choisi pour l’expatriation en 2019, détaille la 12e édition de l’étude HSBC Expat Explorer.

Une liste de pays dans lesquels des expatriés du monde entier se sont installés en 2019 a été révélée par la 12e édition de l’étude HSBC Expat Explorer. La France n’y figure pas. C’est la Suisse qui se classe première. Viennent ensuite Singapour, le Canada, l’Espagne, la Nouvelle-Zélande, l’Australie, la Turquie, l’Allemagne, les Émirats arabes unis et le Vietnam.

Pourquoi les expatriés ont donc placé la Suisse en première position? En raison notamment de ses paysages somptueux, de sa qualité de vie et d’un salaire bien plus élevé que la moyenne mondiale: 111.587 dollars contre 75.966 dollars, précise l’étude HSBC Expat Explorer. En outre, ils sont attirés par la qualité de l’air et le faible taux de criminalité. 82% d’entre ces gens ont indiqué que leur niveau de vie s’était considérablement amélioré.

Le classement a été établi à partir des réponses recueillies dans 33 pays. Le niveau de vie, les perspectives d’emplois et la vie familiale sont des critères essentiels pour choisir un pays de résidence.

Selon l’étude, les jeunes actifs de moins de 35 ans choisissent un pays prenant en considération, majoritairement, les opportunités de carrière. L’accès à la propriété constitue une autre motivation d’importance. 45% des expatriés s’étant déjà installés à l’étranger ont signé un acte de vente dans leur pays d’accueil. Et 6% un deuxième.

Lire aussi:

Il braque un bar-tabac dans l'Oise puis entame une carrière de gendarme en Turquie
Lalanne risque cinq ans de prison pour son appel à l’armée visant à destituer Macron
Des centaines d’étudiants font la queue à Paris pour les distributions alimentaires – vidéo
«Le jour de son agression, Yuriy avait un tournevis dans sa poche», selon BFM TV
Tags:
étude, niveau de vie, Suisse, expatriés, pays, classement
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook