Ecoutez Radio Sputnik
    La nageuse iranienne Akram Konari Del

    Une Iranienne rend hommage à ses «héros» nationaux grâce au Livre Guinness des records

    © Photo. Instagram/Akram Konaridil
    Société
    URL courte
    2272

    L’Iranienne Akram Konari Del a établi un record de natation, ayant nagé pendant 175 minutes, les bras liés derrière le dos, en mémoire des 175 hommes-grenouilles éclaireurs iraniens morts pendant la guerre avec l’Irak. Akram a déclaré à Sputnik qu’elle voulait ainsi immortaliser les noms de ces héros.

    Le courage et le martyre des 175 hommes-grenouilles éclaireurs iraniens morts en service, sous une pluie de balles et les bras liés derrière le dos, pendant la guerre irano-irakienne ont inspiré Akram Konari Del. L’une des premières femmes plongeuses-sauveteuses et plusieurs fois championne de natation en Iran et a ainsi nagé pendant 175 minutes, les bras liés derrière le dos.

    «C’est justement leur courage qui m’a poussée à le faire, et j’ai voulu immortaliser ainsi les noms de nos héros», a expliqué à Sputnik la jeune Iranienne.

    Посмотреть эту публикацию в Instagram

    Публикация от Akram konaridil (@akram_konaridil)

    Et d’ajouter qu’elle envisageait de faire porter dans les six mois à venir son record au Guinness Book des records.

    «J’ai toujours senti devoir exploiter au mieux mon potentiel. Aussi, me suis-je assigné pour objectif de nager 5.065 mètres en 175 minutes et d’être portée dans le Guinness Book des records. Nager une telle distance en ce délai, les bras liés derrière le dos, est une tâche extrêmement difficile, pratiquement tout dépendant des bras dans la natation», a expliqué la jeune femme.

    Иранская спортсменка Акрам Конари Дель (Akram Konari Del)
    La nageuse iranienne Akram Konari Del

    Akram a déclaré qu’en établissant son record, elle pensait à ces 175 hommes-grenouilles éclaireurs iraniens qui remplissaient avec courage, les bras liés derrière le dos, leur devoir envers leur pays sous des rafales de balles et une pluie d’éclats d’obus.

    «Le prix de l’inscription dans le Guinness Book des records est très élevé. […] Les limitations concernant les femmes en Iran pose un autre problème de taille, mais j’espère toutefois pouvoir faire figurer finalement mon record dans le Guinness Book des records», a conclu la nageuse.

    Lire aussi:

    Un avion d'Air France reliant Moscou et Paris envoie un signal de détresse
    Qu'a dit Poutine sur les Gilets jaunes que les médias français ont omis?
    Un Boeing 757 subit de graves dommages lors d'un atterrissage d’urgence aux Açores – vidéo
    Tags:
    natation, Guerre irano-irakienne de 1980, Livre Guinness des records, Irak, Iran
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik