Société
URL courte
5315
S'abonner

La région de Madrid a vécu lundi 26 août une violente tempête de grêle et de fortes pluies qui ont immobilisé les routes, causé des problèmes sur plusieurs lignes du métro et dérouté des vols à l'aéroport de Barajas.

La municipalité d'Arganda del Rey, au sud-est de Madrid, s’est retrouvée lundi 26 août sous un véritable déluge de pluie et de grêle. Les images des intempéries ont littéralement inondé les réseaux sociaux.

Les torrents d’eau balayaient tout sur leur passage, y compris les voitures.

Et aussi les poubelles.

Cinq lignes de métro ont été mises hors service, plusieurs stations ayant été complètement inondées.

Selon Météo-France, jusqu'à 40 litres de précipitations par mètre carré ont été enregistrés dans le secteur.

Les pompiers de la région ont répondu à plus de 1.000 appels, la plupart concernant des problèmes mineurs tels que des branches d'arbres tombées ou des inondations dans les garages et les sous-sols, a indiqué le journal El Pais.

«Il n'y a eu aucun blessé et les interventions ont été relativement mineures pour une tempête de cette ampleur: retirer des branches de la voie publique, des inondations dans des garages, sous-sols ou locaux commerciaux», a précisé à l'AFP un porte-parole des services d'urgence de la région de Madrid.

Plusieurs vols, notamment en provenance de Londres, Turin et Doha, ont été contraints d'atterrir dans un autre aéroport, ont indiqué les contrôleurs aériens cités par El Pais. L’Agence d'État espagnole de la météorologie (AEMET) a enregistré plus de 9.300 coups de foudre en six heures.

Lire aussi:

Deux policiers US poussent un homme de 75 ans qui finit en sang sur le trottoir – vidéo choc
Endormie, elle est violée par un ouvrier venu faire des travaux chez elle dans les Yvelines
Une rixe éclate place de la Chapelle–vidéos
Tags:
précipitations, Turin, Doha, Londres, vols annulés, intempéries, inondation, coup de foudre, grêle, orage, internautes, pompiers, AFP, El Pais, Espagne, Madrid
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook