Société
URL courte
61126
S'abonner

Un drame s’est produit dans la province philippine de Palawan, où un adolescent qui pêchait dans une rivière a été pris au dépourvu par un crocodile. Le reptile géant l’a attaqué et dévoré sous les yeux de son oncle.

Dans la ville philippine de Balabak, dans la province de Palawan, un crocodile de grande taille a attaqué et dévoré vivant un adolescent pêcheur, relate Tabloid Philippines.

Les faits se sont déroulés dimanche 8 septembre, quand Romilo Sappayani Miranda, 15 ans, est allé pêcher avec son oncle, Pablo Tanain, et deux cousins. L’adolescent est entré jusqu’à la taille dans la rivière et a jeté son filet. Par la suite, un crocodile a attaqué le jeune pêcheur et a planté ses crocs dans sa tête.

Quand l’oncle a repéré la lampe de poche de l’adolescent à la surface de l’eau, il était déjà trop tard. Le crocodile est apparu ensuite avec le corps entre ses mâchoires et l’a déchiré sous les yeux des pêcheurs.

L’homme affirme qu’il ne pouvait pas sauver l’adolescent parce que le prédateur était trop grand et que l'eau était profonde. «Nous n'avions qu’un équipement de pêche et des filets», a-t-il déclaré. «Nous étions impuissants contre le crocodile.»

Lorsque Tanain s’est rendu compte qu’il ne pouvait pas s’occuper seul du reptile, il a immédiatement appelé à l'aide. En arrivant sur les lieux, la police a retrouvé le corps de Sappayani Miranda avec un seul bras restant, signifiant que le crocodile avait déjà mangé la tête, les deux jambes et le bras gauche de l’adolescent.

Les autorités n'ont pas réussi à retrouver le reptile. Ils ont rappelé aux locaux les dangers de la pêche dans les rivières qui grouillent de crocodiles.

Lire aussi:

Référendum climat: «Emmanuel Macron est le plus grand prestidigitateur qu’on ait eu depuis très longtemps»
Rouée de coups et laissée nue en pleine nuit au bord de la route
Fiasco du vaccin français: «Nous assistons au dépérissement total de l’industrie française»
Tags:
Philippines, attaque, morts, crocodiles
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook