Société
URL courte
203251
S'abonner

Un informaticien français «doué» installé en Ukraine a mis la main sur au moins 20.000 euros en faisant du chantage au porno sur Internet, selon RTL. Son schéma a touché environ 30.000 personnes, certaines d’entre elles ayant versé de l’argent à l’escroc.

Quelque 30.000 personnes ont été touchées par un vaste chantage pornographique, aussi appelé «sextorsion», effectué par un jeune Français de 20 ans, «très doué en informatique», selon RTL.

Le suspect qui habite en Ukraine avait envoyé, à l’aide de plus de 2.000 ordinateurs zombies, des mails à des centaines de milliers de victimes. Dans le texte des messages, leur auteur affirmait disposer de vidéos pornographiques des destinataires les montrant en train de visionner des contenus pornographiques et prétendument filmées à l’aide de leurs webcams. N’en disposant en réalité d’aucune, il exigeait une rançon d’environ 500 euros. Une cinquantaine de victimes sont tombées dans le piège. Au total, le suspect aurait récolté au moins 20.000 euros.

Interrogé par Le Monde, le chef de l’unité de la police nationale spécialisée en cybercriminalité, François-Xavier Masson, a évoqué «un phénomène massif», la plateforme de signalement Pharos ayant été «submergée»:

«Nous avons identifié 30.000 victimes environ, mais nous pensons qu’il y en a beaucoup plus. Plusieurs centaines de milliers d’e-mails ont été envoyés. C’était un phénomène massif. La plateforme de signalement Pharos était submergée».

Le suspect a été interpellé lundi 9 septembre à l’aéroport de Roissy à son arrivée et placé sous contrôle judiciaire.

Lire aussi:

Une personne de 70 ans environ décapitée à l'intérieur de la basilique Notre-Dame à Nice, selon Nice-Matin
Un million de Français sont actuellement porteurs du virus, estime Olivier Véran
Le Kremlin réagit après les piques de Kadyrov contre Macron
La Turquie promet une riposte après la caricature d'Erdogan dans Charlie Hebdo
Tags:
chantage, porno, escroquerie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook