Société
URL courte
1015
S'abonner

Un garpique alligator mort a été retrouvé près d’un barrage sur l’île de Chypre. Les images de cette créature vivant normalement en Amérique du Nord ont été relayées par le Cyprus Wildlife Research Institute, selon lequel il aurait été abandonné par son propriétaire.

Une créature ressemblant à un alligator a été trouvée sur les berges d’un réservoir d’eau situé en Chypre du Nord, relate le Cyprus Mail.

Il s’agit d’un spécimen mort de garpique alligator (atractosteus spatula), une espèce de poissons, dont les photos ont été publiées par le Cyprus Wildlife Research Institute sur son compte Facebook.

Le poisson mesure 112 cm et pèse 10 kg. C’est le premier cas confirmé de sa présence dans la région du barrage de Gonyeli, indique l’institution. Les études se poursuivent.

Pour d’atteindre cette taille il a dû grandir pendant au moins une dizaine d’années, a déclaré Dervish Cavusoglou, spécialiste de l’institut cité par le quotidien.

Il n’est pas indigène

Comme cette espèce vit en Amérique du Nord, les chercheurs ont supposé que le spécimen aurait pu être relâché par son propriétaire dans les eaux du barrage. Ils s’apprêtent à étudier ce que le poisson a mangé pour déterminer combien de temps il a passé dans la nature.

Le garpique alligator est souvent acheté et vendu dans le nord et le sud du pays, a affirmé le propriétaire d’une animalerie au quotidien. Selon lui, ces poissons sont vendus quand leur taille correspond à celle d’un crayon.

Cette suggestion a été soutenue par le parc national Taskent, indique le média. Beaucoup de gens qui l’achètent ignorent que le garpique alligor peut devenir si grand.

Lire aussi:

L'armée américaine se préparerait à frapper l'Iran, selon un spécialiste israélien
Un homme tabassé par trois policiers à Paris, qui ont de plus menti dans leur rapport – vidéo choc
Ces 17 millions de Français seront prioritaires pour obtenir le vaccin anti-Covid
Tags:
découverte, Amérique du Nord, alligator, Chypre, poisson
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook