Société
URL courte
Par
5213
S'abonner

Depuis des années, le gaz hilarant fait un tabac chez les jeunes, non sans risques. Dès 2019, le Sénat a voté pour en interdire la vente aux mineurs, mais l’Assemblée nationale n’examinera la loi qu’en mars 2021. Pendant ce temps, le phénomène prend de l’ampleur. Certains élus s’impatientent et ont décidé d’agir. Retour en 2 minutes sur le «proto».

Le protoxyde d’azote, ou gaz hilarant, fait un tabac chez les jeunes. Légal et en vente libre sur Internet, en supermarché ou même livré à domicile, il semble inoffensif. Or, les mineurs ne se rendent pas compte de son danger. Le gaz, contenu sous forme de petites capsules argentées ou de bombonne, est vidé dans un ballon de baudruche avant inhalation. S’en suivent des éclats de rire incontrôlables.

Pourtant, consommé à de trop fortes doses, il peut avoir de graves conséquences, du malaise jusqu’à la tragédie d’un arrêt cardiaque. Un mésusage qui peut entrainer la mort, comme celle de Yohan en 2018. Le jeune homme de 19 ans est décédé après avoir inhalé le gaz d’un aérosol dépoussiérant pour ordinateur. Dans certains cas, il peut laisser des séquelles neurologiques permanentes.

Depuis 2018, le ministère de la Santé constate une hausse de sa consommation. Et le protoxyde d’azote est revenu sur le devant de la scène après la révélation des rodéos sauvages en trottinette électrique sur les Champs-Élysées, qui font le tour des réseaux sociaux depuis un mois.

Un phénomène qui est pointé du doigt depuis décembre 2019: une proposition de loi interdisant la vente du gaz aux mineurs a été votée à l’unanimité au Sénat. Mais depuis, les autorités de santé ont de nouveau alerté sur une hausse de cas graves chez les jeunes. Un problème sanitaire, mais également écologique, puisque des centaines de ces capsules argentées jonchent les rues des métropoles.

Si l’Assemblée nationale n’a prévu d’examiner le projet de loi qu’en mars 2021, certains députés et élus s’impatientent.

Le 24 juillet, 94 députés de tous bords politiques ont cosigné une tribune pour un meilleur encadrement du protoxyde d’azote, allant de l’interdiction de la vente aux mineurs à une meilleure prévention au sein des établissements scolaires, plaidant au passage pour inscrire rapidement la proposition de loi à l’ordre du jour. 

Au niveau local, plusieurs maires, las et inquiets pour leurs jeunes, comme à Cannes ou Montpellier, ont déjà décrété l’interdiction de la vente du «proto» aux mineurs.

Si la France vote favorablement pour mieux encadrer le protoxyde d’azote, le pays deviendra le deuxième à légiférer à ce sujet. Au Danemark, la loi est entrée en vigueur le 15 mai 2020.

Lire aussi:

La Turquie accuse la France de se comporter «comme un caïd» en Méditerranée
Les États-Unis saisissent pour la première fois une cargaison iranienne, en toute illégalité
Un septuagénaire gravement blessé après avoir été percuté accidentellement par le GIGN
Tags:
Assemblée nationale, gaz hilarant, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook