Société
URL courte
Par
6573
S'abonner

Une théière ancienne, qu’un Britannique a retrouvé en nettoyant son garage, a été évaluée à plus de 100.000 euros, avant d’être vendue aux enchères le 24 septembre chez Hansons Auctioneers pour presque 450.000 euros, selon le site UPI.

Un Britannique a redécouvert par hasard une théière ancienne en faisant le ménage dans son garage, laquelle s’est avérée une pièce impériale chinoise datant du XVIIIe siècle. Elle a été par la suite vendue aux enchères le 24 septembre pour presque 450.000 euros, relate le site UPI.

Quand le propriétaire de cette petite théière d’une quinzaine de centimètres a découvert que cet objet avait été évalué à plus de 100.000 euros, il a décidé de la proposer aux enchères chez Hansons Auctioneer.

Посмотреть эту публикацию в Instagram

Публикация от Hansons Auctioneers (@hansons_auctioneers)

Bien qu’en forme d’une théière, le récipient était plutôt employé pour servir du vin et pourrait avoir été utilisé par l’empereur de Chine, selon le commissaire-priseur Charles Hanson, cité par le Mirror.

Le prix de départ de l'objet était d'environ 43.000 euros, mais en raison du fait que huit personnes surenchérissaient constamment, la théière a été vendue presque dix fois plus cher.

L’acheteur est un participant anonyme des enchères de Londres, a précisé UPI.

Une histoire particulière

L’objet a été ramené de Chine en Angleterre par le grand-père de l’actuel propriétaire, qui y était en poste durant la Seconde Guerre mondiale. La théière est ensuite restée dans la famille pendant plusieurs générations, passant la dernière décennie au fond d’une boîte, avait rapporté auparavant le Mirror.

Lire aussi:

Le nombre de décès le plus élevé depuis avril et les nouveaux cas en baisse en 24h en France
«Nous sommes libres de décapiter»: des milliers de messages de bots envahissent des sites français
Le ministre français du Commerce commente l'appel d'Erdogan à boycotter les produits français
Il refuse de donner une cigarette, sa mère se fait tuer en prenant sa défense dans la Drôme
Tags:
histoire, thé, enchères
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook