Société
URL courte
Par
1668
S'abonner

Un jeune Indonésien de 17 ans, qui avait été enlevé alors qu’il était enfant, a retrouvé sa famille 11 ans plus tard grâce à Google Maps, relate le Jakarta Post.

C’est lors d’une formation professionnelle qu’un jeune homme de 17 ans, Ervan Wahyu Anjasworo, a effectué une promenade virtuelle à travers des villes indonésiennes au moyen du service Google Maps. L’idée lui vient alors de retrouver le marché où il était allé enfant, raconte le Jakarta Post.

Un travailleur social communique l'adresse du marché à ses collègues et ceux-ci font parvenir un album photos au jeune homme.

«Je me souvenais encore des visages de mon père, de ma mère et de mes frères et sœurs», raconte-t-il.

Le centre contacte alors des travailleurs sociaux dans sa ville, Sragen, et ils ramènent rapidement Ervan à la maison.

Enlevé puis abandonné

Ervan se retrouve séparé de sa famille alors qu’il n’a que cinq ans. Il rentrait chez lui après avoir rapporté un jeu électronique portable pris en location quand il rencontre un artiste de rue. Ce dernier lui propose de l’accompagner jusqu’à sa maison, mais kidnappe l'enfant pour le faire travailler avec lui, poursuit le journal.

«J’ai vécu dans la rue pendant environ deux ans», raconte le jeune homme.

Son ravisseur le menait de ville en ville, mais un jour, pris de panique à la vue de voitures de police, il abandonne le garçon. Ervan est retrouvé dans une mosquée et recueilli par le chef d’une patrouille de police.

Mais quelques mois après, son protecteur décède et une structure sociale prend en charge l’enfant qui rejoint un pensionnat islamique et y fait des études pendant huit ans.

Un long chemin qui lui aura permis de retrouver ses proches.

Lire aussi:

La nouvelle carte du couvre-feu en France publiée par les autorités
«Il y a un risque de guerre civile» en France, prévient l'ancien chef d'État-Major des armées Pierre de Villiers
Opération de police à Lyon Part-Dieu, une femme a menacé de se faire exploser
Tags:
Indonésie, enfants, enlèvement, Google Maps
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook