Société
URL courte
Par
45313
S'abonner

Afin de sécuriser la traversée des grenouilles lors de la période de reproduction, une route départementale de Lamballe, dans les Côtes-d'Armor sera fermée pendant trois mois pour la deuxième année consécutive, relate France Bleu en ce 7 décembre.

Une route départementale à Lamballe, dans les Côtes-d'Armor, sera fermée du 14 décembre 2020 au 15 mars 2021 pour sauvegarder des centaines de grenouilles, crapauds, tritons et salamandres qui la traversent durant leur période de reproduction, fait savoir un article de France Bleu paru le 7 décembre.

Bien qu’il s’agisse d’une route départementale, seulement quelque 400 véhicules passent par ici en moyenne chaque jour, précise le quotidien. Et pourtant, c'est une voie «particulièrement meurtrière» pour les animaux qui la traversent quand les températures baissent.

«Dès que l'hiver commence à se terminer, ils [les amphibiens, ndlr] partent tous vers les sites de reproduction et il y a un phénomène de groupe et c'est à ce moment-là qu'il y a le plus de collisions routières», détaille Jérémy Allain, conseiller délégué à la biodiversité de Lamballe Terre et Mer, cité par le média.

Éviter un fort déséquilibre dans les écosystèmes

Selon un communiqué de la LPO, Agir pour la Biodiversité, tous les ans, des milliers d’amphibiens traversent cette route pour atteindre «les mares des landes de La Poterie».

«En l’absence de mesure pour les protéger, le déclin de ces petits organismes aquatiques pourrait provoquer un fort déséquilibre au sein des écosystèmes qu’ils occupent», explique le document de l’association, datant de février dernier.

Lire aussi:

L’eau: l’arme secrète d’Erdogan contre la Syrie
«Tu vas en prendre plein la gueule»: un maire met en garde Macron qui prépare son tour de France
Marine chinoise face à l’US Navy: «Les rapports de forces sont en train de s’inverser en nombre»
La natalité française s’écroule, Bayrou demande davantage d'immigrés: comme un air de déjà-vu?
Tags:
amphibiens, route, grenouilles
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook