Sports
URL courte
Euro 2016 (115)
261411
S'abonner

La plupart des groupes de supporters russes étaient présents à Marseille, de 5 à 20 fans chacun. Si lors de grands matchs ils font front commun pour soutenir leur équipe nationale, de retour, ils sont séparés par leurs préférences pour les clubs de foot locaux. Sputnik vous propose un guide des supporters que vous auriez pu rencontrer à Marseille.

Ayant pris leurs sources dans les ghettos des grandes villes britanniques, aujourd'hui ils sont aussi nombreux dans les rues de Russie créant eux aussi des problèmes pour la police mais restant la meilleur clientèle des bars sportifs.

Ces "Rouges-blancs" ou encore ces "rouge-bleus" comme on les appelle en Russie ont plein de surnoms et de traditions… Découvrez les groupuscules de fans russes dans toute leur diversité.

Spartak Moscou (les rouge-jaunes, красно-белые)

1. Union — Юнион — "Ю" (U)

Il s'agit de l'union principale des groupuscules de fans du Spartak, formée en 2000. Le noyau du groupe comprend de 200 à 300 personnes. La bagarre la plus célèbre d'Union a impliqué le groupuscule Iaroslavka (des supporters fanatiques de CSKA Moscou) en 2001.

L'une des actions les plus mémorables d'Union a été sa résistance acharnée aux forces unifiées (et deux fois plus nombreuses) des fans de Zenit Saint-Pétersbourg dans un cul-de-sac pendant trois minutes en 2007. 

2. L'Ecole — Школа

Ce groupe créé en 2005 compte de 50 à 100 combattants actifs. 

Il revendique une même vision de tous ses membres et a été au début formé autour d'un cercle d'amis. Ensuite il a élargi ses rangs sur fond de victoires et de défaites. Aujourd'hui il s'agit de l'un des groupuscules les plus actifs de supporters de Spartak Moscou. 

3. Les Sangliers — Wild Boars

Ce groupe créé en 1998 compte de 30 à 60 combattants actifs. 

Il existe très peu d'informations sur ce groupe. Ses membres actifs ont plusieurs fois demandé aux sites consacrés aux hooligans de supprimer les données concernant ce groupuscule. A l'occasion du 15e anniversaire du groupe, on a diffusé un documentaire en deux parties comprenant des témoignages de membres actifs et de vétérans des Wild Boars sur l'histoire de sa formation.   

4. Les Gladiateurs — Gladiators Firm 96

L'un des groupes les plus anciens. Créé en 1996, il compte actuellement 50 combattants actifs. Lors des événements à Marseille, ils ont réuni leurs forces avec les supporters du club Orel ayant des liens d'amitié historiques avec les fans du Spartak.  

Des fans d'Orel à Marseille 

Une vidéo consacrée aux 18 ans de GF'96

Des supporters du Spartak avec leurs "trophées" 

CSKA Moscou (rouge-bleus, красно-синие)

1. Iaroslavka — Ярославка — "Я"

Le groupuscule principal des rouge-bleus, créé en 1996. Le noyau du collectif comprend normalement de 150 à 200 personnes. Iaroslavka est considéré comme l'un des groupes les plus redoutables en Russie. Son action la plus audacieuse a eu lieu quelques années après sa formation. Les hooligans ont "accueilli" une dizaine de combattants du groupe — célèbre à l'époque, mais actuellement disparu — Spartak Flint's Crew. L'effet de surprise multiplié par la supériorité numérique a fonctionné parfaitement: une victoire indisputable d'Iaroslavka.  

2. Einfach Jugend ou tout simplement Jugend

Le deuxième groupe principal de supporters du CSKA. Dès sa création, Jugend se considère comme un groupe assez jeune — l'âge moyen de ses membres se chiffre à 19 ans — avec de grandes ambitions. Ce groupuscule n'a pas de date exacte de formation: d'après ses vétérans, il serait né à la fin 2001. Jugend ne dévoile pas non plus le nombre précis de ses membres. Pour surprendre les adversaires, affirment les fans.

3. Galant Steeds

Des fans des quartiers Kountsevo et Beskoudnikovo de Moscou ont organisé en 2000 un groupe de supporters pour combattre ceux du Spartak des quartiers voisins. Par la suite, les Galant Steeds ont élargi leurs activités pour se transformer en l'un des groupes les plus dynamiques de la capitale russe.   

4. Shady Horse

Des fans de Shady Horse et de Music Hall de Saint-Pétersbourg

Zenit Saint-Pétersbourg (les bleu-blancs, сине-бело-голубые, сбг)

1. Music Hall

Groupe principal de supporters du Zenit Saint-Pétersbourg, il a été créé en 2004. Le noyau du collectif comprend normalement de 150 à 200 personnes. Il s'agit d’une union de groupes de supporters dispersés devenue le groupe le plus important de fans de l'ancienne capitale impériale. En 2009, Music Hall a remporté sa victoire la plus spectaculaire sur les supporters du Dinamo Moscou.  

Aujourd'hui, le mouvement fait face à des divisions internes à cause de l'attitude de certains de ses membres envers les stadiers à Saint-Pétersbourg.   

2. Les Joyeux garçons — Веселые ребята

Ce groupuscule a été créé approximativement en 2011. Plusieurs membres de Bad Company ont décidé de quitter ce groupe pour former leur propre mouvement. "Nous avons longtemps réfléchi sur le nom, indique un des leaders des Joyeux garçons. Nous avons eu des idées totalement folles, que je ne veux même pas mentionner, mais au final on a choisi ce nom précis". Les Joyeux garçons organisent annuellement un tournoi "Lutte pour Zenit": il s'agit des compétitions d'arts martiaux mixtes parmi les fans du Zenit. 

Dossier:
Euro 2016 (115)

Lire aussi:

Euro 2016: une Française donne une leçon de bonnes manières aux fans britanniques
Euro 2016: l'ambassadeur de France en Russie convoqué
Euro 2016 : mauvaise foi des médias une fois encore
Euro 2016: quand un joueur roumain s'en grille une en plein match
Euro 2016: premier incident entre supporters à Lille
Euro 2016: la Russie sera disqualifiée en cas de nouveaux incidents
Euro 2016: un supporter russe portera plainte contre les journaux britanniques
Tags:
hooligans, supporter, football, Euro 2016, France, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook