Ecoutez Radio Sputnik
    Voile porté par musulmane

    Le port du voile aux JO bafoue-t-elle la charte olympique?

    © AP Photo / Ebrahim Noroozi
    Sports
    URL courte
    9263
    S'abonner

    A l'approche de l'ouverture des JO de Rio, plusieurs scandales ont touché leurs participants, et désormais c'est le port du voile qui fait polémique.

    La Ligue du Droit International des Femmes estime que la tolérance du voile lors des compétitions sportives est contraire aux dispositions de la charte olympique. Le CIO de son côté considère que le port de voile n'est pas lié à la religion mais à la culture. Sputnik a pu contacter Véronique Lebar, présidente du comité Ethique et Sport, qui donne son avis sur ce sujet sensible.

    L'interlocutrice de l'agence attire l'attention sur le fait que les mêmes pays qui obligent les femmes à porter un voile le font pour les obligations religieuses "alors que ces pays auparavant envoyaient des femmes, des sportives ou permettaient en tout cas aux sportives dans leurs pays de vivre sans voile".

    "On sait parfaitement, on l'a prouvé, que le port du voile est dangereux pour les sportives, par exemple dans un sport comme judo: il y a un risque d'étranglement accru. Dans le même temps, on sait très bien que les sportives qui viennent de ces pays, qui viennent voilées, n'ont pas la même préparation sportive et physique que dans d'autres pays", explique-t-elle.

    Pour Mme Lebar, punir les sportives en les empêchant de venir aux Jeux ne constitue pas la véritable solution par rapport au port du voile.

    "Le problème, que ce soit en matière de dopage qu'on le voit actuellement, ou en matière de voile ou d'autres problèmes, c'est qu'il ne faut pas sanctionner les sportifs qui sont simplement les premières victimes de ces problèmes, de ces politiques, de la politique des pays. Il ne faut pas sanctionner les sportifs, il faut sanctionner le système", indique la présidente.

    Toujours d'après elle, la communauté internationale, "c'est-à-dire les fédérations internationales et le CIO", doit décréter des sanctions vis-à-vis des pays tels que "l'Arabie saoudite, le Qatar, l'Iran" qui empêchent les sportives de participer aux JO si elles ne portent pas de voile.

    "Mais là-dedans il y a une histoire de fric et ils ne vont pas s'amuser à sanctionner le Qatar ou l'Arabie saoudite qui leur donnent des fonds pas possibles. C'est ça à mon avis le vrai problème", constate Mme Lebar.

    Lire aussi:

    JO 2016: l'AMA critique l'absence de contrôle de dopage pour les sportifs brésiliens
    JO 2020: cinq nouveaux sports à Tokyo
    Le CIO prêt à revoir le système antidopage, mais après les JO
    De minuscules «koalas» trouvés sur les coussinets de chiens envahissent la Toile – photos
    Tags:
    JO 2016 de Rio de Janeiro, Comité international olympique (CIO), Ethique et Sport, Véronique Lebar, Rio de Janeiro
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik