Sports
URL courte
132
S'abonner

Les habitants de Rio de Janeiro se montrent traditionnellement sceptiques quant à la tenue de grands évènements internationaux.

Pour leur part, les hôtes étrangers critiquent les failles sécuritaires, mais admirent les paysages et l'hospitalité de la population locale.

"Le Brésil est vraiment beau. Je visite les monuments. Derrière mon dos, vous pouvez voir la statue du Christ Rédempteur", écrit un des internautes.

​"Les narcotrafiquants ont attaqué la Garde nationale. Les sportifs sont touchés par des vols. Ne dites pas que ce sont des cas uniques, il s'agit d’une absence totale de sécurité", déplore un autre.

​"Un autre beau matin à Rio. Nous jouissons cette vue depuis notre balcon chaque jour", se vante l'utilisateur de Twitter Dave Schwartz.

​"Après une longue journée de supporter, c'est bien de se détendre et d'admirer Rio dans la nuit", indique un supporter étranger.

​"A Rio, chacun vous déconseille d'aller à la plage pendant la nuit. Les experts australiens en sécurité auraient manqué cette leçon", ironise l'utilisateur sous le twittos mcquillanatorz.

​"Belles compétitions, beaux paysages. Une sécurité précaire et les vols persistent. Mais en fin de compte, c'est Rio de Janeiro".

​"En dépit de certains progrès, la pollution et les déchets dans la baie de Guanabara sont inacceptables".

​"Je ne parviens toujours pas à comprendre où sont passés les fonds alloués pour nettoyer Rio pour les Jeux olympiques".

​"Il semble qu'à Rio nous sommes en compétition avec les problèmes de transport. Et nous sommes en train de perdre".

​"Je veux remercier les habitants de Rio pour cette fête extraordinaire qu'ils paieront pendant les cinquante prochaines années".

 

Lire aussi:

Le métier le plus inutile du monde identifié grâce aux JO de Rio
Game over: les sites abandonnés après les JO (photos)
JO de Rio: les supporters lors du carnaval brésilien du sport
Tags:
réseaux sociaux, sécurité, JO 2016 de Rio de Janeiro, Brésil
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook