Ecoutez Radio Sputnik
    Des matriochka géantes à la Maison russe à Rio

    A Rio, l’avion de l'équipe russe retardé par une matriochka géante

    © Sputnik . Рамиль Ситдиков
    Sports
    URL courte
    2163
    S'abonner

    On n’est jamais à l’abri d’un imprévu. Les athlètes russes qui tentaient de quitter Rio après les JO en savent quelque chose…

    Le vol qui devait ramener les champions olympiques russes de Rio de Janeiro  à Moscou a été retardé de plus de quatre heures à cause d'une énorme matriochka (poupée gigogne), a annoncé sur son compte Twitter l'adjoint du rédacteur en chef du quotidien russe Sport-Express Dmitri Simonov.

    ​Selon le journaliste, la matriochka qui faisait partie de l'exposition de la Maison russe et devait être ramenée à Moscou, s’est retrouvée coincée entre les portes de l'aéroport sans que personne sache comment l'en sortir.

    ​​"Le vol en or est parti! Youpi (avec un retard de quatre heures et demi)", a écrit  plus tard le journaliste, ajoutant que le deuxième vol avec les sportifs russes attendait le décollage.

    Le président du Comité olympique de Russie Alexandre Joukov a raconté que les services de l'aéroport avaient donné des informations contradictoires sur le départ du vol russe, annonçant d'abord qu'il était retardé d'une demi-heure, et ensuite de trois heures et demie. M.Joukov a déclaré que tout cela était dû à la "pagaille qui régnait à l'aéroport".

    ​L'avion, qui doit atterrir à Moscou à 20h00 heure locale, transporte les champions olympiques de natation synchronisée, de handball, de gymnastique artistique, de lutte libre, de boxe et de pentathlon.

    Les Jeux olympiques de Rio ont pris fin le 21 août. La Russie s'est classée quatrième, en remportant 19 médailles d'or.

    Lire aussi:

    JO de Rio: un vibrant élan de solidarité sur la piste olympique
    JO de Rio: les supporters lors du carnaval brésilien du sport
    Tags:
    retard, Comité olympique de Russie (ROC), Alexandre Joukov, Rio de Janeiro, Moscou
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik