Ecoutez Radio Sputnik
    JO de Rio 2016: top-13 des faits les plus insolites

    JO de Rio 2016: top-13 des faits les plus insolites

    © Sputnik . Alexey Filippov
    Sports
    URL courte
    Jeux olympiques de Rio de Janeiro (148)
    2101

    Au-delà des médailles, victoires spectaculaires et défaites dramatiques qui ont rythmé les Jeux olympiques, Rio 2016 n'aurait pas laissé la même impression sans quelques faits insolites... Sélection.

    Des milliers de strass Swarovski pour les gymnastes américaines

    L'équipe américaine a fait sensation avec les tenues de ses gymnastes, recouvertes de milliers de strass de Swarovski — près de 5 000 au total.

    "Les strass n'apportent évidemment pas de points", livre au New York Times Samantha Peszek, ancienne gymnaste et olympienne. Mais ils font partie de l'approche "tu as l'air bien, tu te sens bien, tu fais bien", continue-t-elle.

    Au XXe siècle, les tenues des gymnastes étaient à peu près similaires à leurs maillots d'entraînement mais aujourd'hui l'aspect esthétique est presque aussi important que le caractère fonctionnel.

    En 2008, le maillot de Nastia Liukin, américaine d'origine russe et championne olympique, était décoré de 184 strass. En 2012, la tenue de Gabby Douglas brillait de 1188 cristaux. En 2016 leur nombre a quadruplé.

    "Il s'agit d'une course aux armements dans le domaine des strass", s'amuse Alexander Wellhoefer, vice-président de la branche américaine de Swarovski.
    Et l'addition? Près de 1 200 dollars pour un maillot.

    Gymnaste américaine Simone Biles.
    © Sputnik . Alexei Filippov
    Gymnaste américaine Simone Biles.


    Des sauveteurs près de la piscine olympique

    On doute que des nageurs comme Michael Phelps ou Ioulia Efimova puissent se noyer mais la loi brésilienne stipule que chaque piscine doit être surveillée par des sauveteurs à partir d'une certaine taille.

    ​A Rio, 75 répondent à ces critères. Des sauveteurs sont donc systématiquement assis près des piscines au cas où un champion de natation ou un joueur de water-polo se mettrait à couler. Mais il n'y a jamais eu aucun noyé et même la presse a remarqué l'ennui insupportable des sauveteurs — leur visage en témoignait clairement.

    Bien sûr, d'une certaine manière, ils ont eu de la chance: ils occupaient les meilleures places aux Jeux olympiques et ont été payés pour ça — même si la somme n'est pas vraiment énorme (341 dollars pour deux semaines).

    De la même manière, 150 sauveteurs avaient travaillé — c'est-à-dire s'étaient ennuyé près des piscines — au Jeux olympiques de Londres.


    Des cadeaux mystérieux pour les médaillés

    Auparavant, les médaillés olympiques se voyaient offrir des bouquets de fleurs mais les organisateurs des JO de Rio ont décidé d'abandonner cette tradition — probablement parce que les bouquets fanaient rapidement et n'étaient donc pas un souvenir très durable du succès olympique.

    Les organisateurs ont donc décidé d'offrir non seulement une médaille mais aussi un objet coloré d'une forme étrange sur une base verte. D'abord cet objet a rendu perplexes les spectateurs, tout comme certains athlètes — notamment la nageuse chinoise Fu Yuanhui.

    ​Les réseaux sociaux se sont mis à analyser la nature de cet objet mystérieux: s'agissait-il d'un presse-papiers? D'un porte-serviettes?

    Il s'est finalement avéré qu'il s'agissait d'un logo 3D des Jeux, qui pouvait servir d'appui pour la médaille — ou de porte-serviette, donc.

    Yana Kudryavtseva, gymnaste rythmique russe, et son cadeau mystérieux
    © Sputnik . Aleksandre Vilf
    Yana Kudryavtseva, gymnaste rythmique russe, et son cadeau mystérieux


    Aux USA, un impôt sur les médailles

    Avec cinq médailles d'or et une d'argent, le nageur américain Michael Phelps devra environ 55 000 dollars à son pays.

    Michael Phelps
    © Sputnik . Alexandre Vilf
    Michael Phelps

    Si l'athlète ne perdra pas plus qu'il n'a gagné, il sera quand même bien soumis à un impôt sur ses récompenses.

    Le Comité olympique des États-Unis offre 25 000 dollars aux champions olympiques, 15 000 aux médaillés d'argent et 10 000 aux médaillés de bronze. Selon la loi américaine, cet argent est soumis à l'impôt.

    De nombreux pays offrent également des prix en argent aux médaillés olympiques. Ainsi, le singapourien Joseph Schooling, vainqueur du 100 m papillon, a gagné 753 000 dollars.

    Mais l'impôt américain touche également le coût des médailles, plus précisément le prix des métaux dont elles sont composées. D'après Forbes, une médaille d'or de Rio — environ 500 g de masse — vaut seulement 564 dollars car elle est constituée principalement d'argent recouvert d'une couche très fine d'or (6g). Le prix d'une médaille d'argent s'élève à 300 dollars, alors que celle de bronze coûte seulement 4 dollars.

    Les congressistes américains ont plusieurs fois tenté de lever cet impôt sur les récompenses et les médailles olympiques, mais en vain.

    Les cyclistes britanniques ne peuvent plus se raser l'entrejambe

    Les cyclistes britanniques, notamment les vainqueurs de la poursuite par équipes, ont obtenu des succès remarquables à Rio. Il leur avait été interdit de se raser l'entrejambe.

    Il y a quelque temps, en effet, certaines cyclistes avaient fait remarquer que la selle des vélos leur frottait le périnée. La direction du cyclisme britannique avait convoqué un concile d'experts qui s'était soldé par plusieurs recommandations: changer un peu l'angle de la selle et cesser d'épiler les parties intimes qui entraient en contact avec cette dernière. Il s'est avéré que le poil pubien protégeait la peau contre le frottement et évacuait la sueur.

    "Ce sujet a été très difficile à aborder", a avoué au Guardian Phil Burt, physiothérapeute des cyclistes.

    "La méthode a finalement porté ses fruits et les médaillées britanniques n'ont plus souffert de l'entrejambe des six derniers mois", souligne Phil Burt.

    Plonger pour gagner

    Les plongeons ont été une source de victoires et de gloire à Rio, mais pas seulement dans la fameuse piscine "verte" dédiée aux épreuves de saut. La bahamienne Shaunae Miller a notamment montré qu'il était possible de plonger avec succès sur une piste de course…

    Lors de la finale du 400 mètres, elle a en effet sauté en avant sur la ligne d'arrivée, dépassant ainsi d'une fraction de seconde l'américaine Allyson Felix, championne du monde en titre.

    Shaunae Miller a dû payer pour son plongeon par des écorchures et des bleus, mais a gagné l'or olympique. Elle a ensuite expliqué qu'elle ne l'avait pas fait exprès.
    Le brésilien João Vítor de Oliveira a utilisé la même méthode pour atteindre la demi-finale du 110 mètres haies. Il est d'ailleurs coutumier du fait. "En Chine j'avais cassé mes côtes à cause de ça. On me dit de ne pas le faire mais ça vient du cœur!", a-t-il expliqué.

    Contestation payante en gymnastique

    Si un entraîneur de gymnastique pense que les juges n'ont pas donné assez de points à son équipe, il peut contester leur décision. Mais pas gratuitement.

    Selon les nouvelles règles instaurées à Rio, les entraîneurs ont le droit de faire appel sous quatre minutes et doivent payer immédiatement 300 dollars. Le deuxième appel coûte 500 dollars et le troisième 1 000 dollars. Cette mesure vise à prévenir toute utilisation abusive du droit de contestation.

    Par contre, il est désormais impossible de faire appel à la décision des juges lors des compétitions de boxe, ce qui a déjà provoqué des discussions agitées. Steve Bunce, expert de la BBC, a relevé au moins deux occasions où il aurait été possible de contester avec succès la décision des juges si les vieilles règles étaient encore en vigueur. Dans les deux cas il s'agissait des victoires de boxeurs russes: Evguéni Tichtchenko sur le Kazakh Vassili Levit en finale et de Vladimir Nikitine sur l'irlandais Michael Conlan en quarts. De très nombreux experts estiment que le Kazakh et l'Irlandais méritaient de gagner.

    Dans le même temps, Robbie Grabarz, spécialiste du saut en hauteur britannique, a réussi à contester la décision des juges grâce à une simple conversation.
    Lors d'un essai, Robbie Grabarz a touché la barre mais cette dernière est restée sur place. Le juge avait déjà levé le drapeau blanc "essai accompli" quand la barre est finalement tombée, quelques secondes après. Les autres juges ont ignoré le drapeau blanc et annulé cet essai de Grabarz, mais l'athlète s'est approché d'eux et les a convaincus de revoir leur décision.

    Une peluche pour stopper la lutte

    La peluche de Vinicius, mascotte des JO de Rio, a fait son apparition à plusieurs reprises dans les compétitions de lutte.

    D'après les règles en vigueur, un entraîneur qui n'est pas d'accord avec la décision des juges peut effectivement faire appel en jetant un "objet doux" sur le tapis. L'épreuve doit alors être arrêtée pour que les juges analysent l'enregistrement du moment contesté.

    Jusqu'ici on jetait une barre en néoprène, mais il a été décidé d'utiliser à Rio une peluche de Vinicius.

    Peluche de Vinicius
    © Sputnik . Alexandre Vilf
    Peluche de Vinicius

    On se rappelle aussi que lors des Championnats du monde de 2014 en Finlande, les appels avaient été signalés par un oiseau du jeu Angry Birds.

    On ne rigole pas sur la longueur des chaussettes

    La vérification de la longueur des chaussettes des cyclistes fut certainement l'une des scènes les plus étranges observées par les spectateurs des JO de Rio.

    Une règle, introduite en 2012 par la Fédération internationale de cyclisme, stipule en effet que la longueur d'une chaussette ne doit pas dépasser la moitié de la distance entre la cheville et le genou.

    L'idée est d'éliminer les chaussettes compressives qui améliorent, comme certains le pensent, le fonctionnement musculaire.


    Une ou deux médailles de bronze?

    Les organisateurs des JO de Rio ont octroyé 812 médailles d'or, 812 médailles d'argent et… 864 médailles de bronze.

    Ce déséquilibre s'explique par le fait que dans certains sports, notamment dans la boxe et certains types de lutte, les médailles de bronze sont octroyées aux deux perdants des demi-finales, soit à celui qui a gagné la troisième place et au vainqueur du round de consolation.

    Boxe aux Jeux olympiques
    © Sputnik . Ramil Sitdikov
    Boxe aux Jeux olympiques


    Big Mac gratuits et salles combles à McDonald's

    On s'imagine généralement que le régime des sportifs olympiques est composé de cocktails de protéines, de fruits, d'une demi-douzaine d'œufs crus… Mais certainement pas de Big Mac.

    Le McDonald's du village olympique de Rio, qui distribuait la nourriture gratuitement, n'a pourtant pas désempli. Les athlètes mangeaient les hamburgers et des frites avec une telle passion que l'administration a même introduit une limitation: pas plus de 20 produits pour une personne.
    A vrai dire, il n'y avait pas beaucoup d'alternatives à McDonald's dans le village olympique. La cantine principale était sans cesse comble, alors que l'établissement le plus proche était un certain Bin Laden Bar…

    Les sportifs comprennent sans doute que de telles quantités de hamburgers et de frites pourraient affecter leur performance et ne se le permettent qu'après les compétitions.

    Sawan Serasinghe, joueur de badminton australien, a publié sur Internet une photo sur laquelle il était assis devant une table remplie de plats de McDonald's après sa défaite. "Après des mois de régime, on peut enfin manger de la malbouffe", écrivait-il.

    Des fiançailles en pagaille

    La participation aux JO est déjà une épreuve pour les nerfs mais à Rio, les athlètes doivent être prêts à des demandes inattendues en mariage.
    Le premier cas a eu lieu au cours de la première semaine des Jeux: Marjorie Enya, employée du stade où se déroulaient les compétitions du rugby, a demandé la main de sa compagne de longue date, Isadora Cerullo.

    A la plage de Copacabana Tom Bosworth, spécialiste de marche sportive, a demandé en mariage son ami Harry Dineley.
    La britannique Charlotte Dujardin, médaillée d'or dans l'épreuve de dressage, s'est vue demander en mariage de manière un peu inhabituelle. Son fiancé Dean Wyatt-Golding a attiré son attention en arborant un T-shirt "Can we get married now?" (Peut-on se marier maintenant?). Après sa victoire, Charlotte Dujardin a indiqué à la presse avoir déjà dit "oui" à Dean.
    Le plongeur chinois Qin Kai a demandé en mariage sa compagne et co-équipière He Zi, qui venait de gagner la médaille d'argent.


    Interdit de pêcher dans les toilettes

    Si vous n'avez jamais pêché dans des toilettes, évitez de tenter l'expérience à Rio. C'est interdit.

    Elena Delle Donne, membre de l'équipe américaine de basketball, a publié une photo de cette interdiction: à gauche et vers le bas, on voit clairement un pêcheur s'adonner à sa passion…

     

    Guess I won't be toilet fishing today 😒

    Фото опубликовано Elena Delle Donne (@de11edonne) Авг 6 2016 в 8:54 PDT


    "Je ne pourrai pas pêcher dans les toilettes aujourd'hui", s'est-elle amusée en commentaire.

    Dossier:
    Jeux olympiques de Rio de Janeiro (148)

    Lire aussi:

    Ces sportifs des JO qui ont eu la vie dure...
    JO de Rio: un vibrant élan de solidarité sur la piste olympique
    Ce champion nord-coréen le plus triste des Jeux de Rio
    Une féerie brésilienne: la cérémonie de clôture des Jeux 2016
    Le chemin ardu de cet ancien esclave qui courra le marathon olympique de Rio
    Tags:
    gymnaste, sport, JO 2016 de Rio de Janeiro, McDonald's, Rio de Janeiro, Brésil
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik